Vite vu : La Revanche de Pinocchio

Publié le par Antohn

Vite vu : La Revanche de Pinocchio

Il faut croire, parfois, que si l'on attire pas les mouches avec du vinaigre, il semble de plus en plus acquis qu'un dvd cheap avec un titre bizarre suffit à attirer l'Antoine. Là, par exemple, l’appât du jour s'appelle "La Revanche de Pinocchio", une sorte de sous "Jeux d'enfants" avec un pantin en bois à la place de Chucky. Les premières impressions sont assez déroutantes: le design du dvd est minimaliste et, une fois enfourné, on se rend compte, avec stupeur, que non seulement le menu titre consiste en une image fixe de 5 secondes mais qu'en plus, aucun chapitrage du film n'a été fait, ce qui, sans être inédit, est assez déroutant.

D'un autre côté, des bons films dans des éditions dvd au rabais, ça existe: mon dvd du "Masque du Démon" est à peine plus élaboré et sa boîte est en carton. La question peut donc se poser de savoir si l'emballage correspond au produit.

Vite vu : La Revanche de Pinocchio

Ce qui marque, tout d'abord, c'est la proximité entre l'histoire du film et celle de "Jeux d'enfants". Chucky est une poupée possédée par l'esprit d'un tueur en série, Pinocchio, lui, a été sculpté par un tueur d'enfants, qui l'a enterrée avec sa dernière victime, qui n'était autre que son propre fils. Par un concours de circonstances, elle se retrouve en possession de son avocate et "adoptée" par sa fille, qui se met à avoir un comportement bizarre.

Autre bizzarerie: le choix de Pinocchio, d'autant plus que le design du pantin rappelle fortement le Pinocchio de Disney. C'est toutefois oublier, ce qui est souvent rappelé dans le film, que le livre est plus sombre que le dessin animé. Tenez, vous vous souvenez de la fin ? A force d'être sage et de bien travailler à l'école Pinocchio devenait un vrai petit garçon ? Et bien, à l'origine, le bouquin se terminait par... la mort de Pinocchio, pendu à un arbre par des bandits! Ce n'est qu'après de vives protestations de jeunes lecteurs du Gionrnale di Bambini, où paraissait cette histoire que Carlo Collodi écrivit une suite et la fin que nous connaissons. Un autre exemple ? Le criquet qui lui sert de conscience ? Et bien dans le bouquin il l'écrabouille, purement et simplement ! Avec un marteau pour ceux qui veulent des détails.

Vite vu : La Revanche de PinocchioVite vu : La Revanche de Pinocchio

Ce qui m'a assez plu, toutefois, c'est la narration, le fait que deux lectures du film sont possibles: une rationnelle et une surnaturelle. Pinocchio est adopté par une gamine qui, on l'apprend dès le début, développe des troubles du comportement et, hasard ou pas, toute personne à qui il arrive malheur est une personne qu'elle pourrait avoir une raison de tuer. De même, elle est la seule qui entend la poupée parler et la voit bouger. Alors, la poupée est elle un objet démoniaque ? La gamine une schizophrène persuadée que sa poupée tue à sa place ? Le tueur du début était-il innocent ? Sans vouloir spoiler, le film n'apporte pas réellement de réponse ou, disons que selon votre degrés de cartésianisme, vous opterez pour l'une ou l'autre de ces possibilités.

Ca dépendra si vous avez ou non un pantin dans votre placard.

Commenter cet article