"Vite vu": Le discours d'un roi

Publié le par Antohn

 

Pas de nanar ce coup-ci , je voulais juste vous écrire quelques lignes sur un film que j'ai vu et que j'ai adoré. Cela fait quelques temps maintenant que je voulais trouver un moyen de parler en quelques lignes de films sur lesquels je voulais écrire mais sur lesquels je me voyais mal rédiger quatre pages. C'est pour cela que j'ai décidé d'inaugurer une nouvelle rubrique: « vite vu, vite lu, vite écouté »

Discours roi

Et quoi de mieux pour l'inaugurer que « Le discours d'un roi »? Je sais: un roi d'Angleterre bègue qui suit des cours d'orthophonie, ca n'a pas l'air passionnant, mis à part pour les spécialistes des têtes couronnées. Et pourtant...

Georges VI est considéré comme un héros outre-Manche. Alors que Londres pliait sous les V2, lui et sa famille sortaient pour venir en aide aux blessés, la reine Élisabeth (la future « Queen Mum ») avait même appris à conduire pour pouvoir manœuvrer une ambulance. Georges VI est également l'auteur de discours qui soutinrent le peuple anglais.

Tout n'était pas si facile que cela: maltraité par sa gouvernante, gaucher contrarié, élève moyen et grandissant dans l'ombre de son frère, le futur Édouard VIII, il développa un problème de bégaiement qui l'handicapa fortement jusqu'à ce qu'un orthophoniste australien: Lionel Logue parvienne à le guérir de ce problème.

Ce qui marque énormément dans ce film, outre la performance de Geoffrey Rush qui arrive à jouer un bègue sans que ce défaut ne soit comique à quelque moment que ce soit, c'est que Tom Hooper (à ne pas confondre avec Tobe Hooper ou alors vous risquez d'avoir des surprises) est parvenu à nous faire un film de deux heures sur le bégaiement sans jamais être ennuyeux, et ça ca vaut bien un oscar.

 

En gros, je n'ai pas aimé, j'ai adoré et je me suis retrouvé, moi qui fut instruit sur les bancs de l'école républicaine et laïque, à m'attacher à l'histoire de cet homme victime de l'Histoire du Monde. La sagesse populaire (ou un auteur dont le nom m'échappe) dit que la difficulté est révélatrice du caractère d'un homme. Si l'adage dit vrai, une grande partie de l'équipe du film devrait être extraordinaire.

Commenter cet article