Vite vu : Iron Sky

Publié le par Antohn

Je risque assez fortement de passer pour un maniaque des films scandinaves avec des nazis, ce qui est assez dommage, dans la mesure où j'essaie déjà de me débarrasser de mon image d'excité du film italien ou de monstres géants. Mais bon, comme pour « Dead Snow », je me voyais mal passer à côté de cet ovni (sans jeu de mots). Vous avez aimé les zombis nazis norvégiens ? Vous allez adorer les extraterrestres nazis finlandais d'« Iron Sky ». Enfin, « extraterrestres » c'est un abus de language : les envahisseurs sont ici des Hommes comme vous et moi (enfin, en plus... en moins..., 'voyez quoi), à ceci près que ceux-ci ont émigré sur la face cachée de la Lune en 1945 et reviennent se venger en 2018.

iron sky poster 02 

La genèse elle-même du film est assez amusante : le scénariste, Jarmo Puskala eut l'idée du film au cours d'un rêve (j'en connaîs qui n'aurait pas dû reprendre deux fois de la raclette). Au cours d'une séance de sauna (car en Finlande tout se décide dans un sauna), il en parla à un ami réalisateur : Timo Vuorensola. Celui-ci accepta l'idée d'en faire un film à la condition qu'Udo Kier joue le rôle du Führer... ce qui eut lieu (après tout, quelques années auparavant, il avait joué Hitler dans un docu-fiction allemand). Puisqu'on en est dans le casting, notons que le grand méchant du film est joué par Götz Otto, qui, non seulement a à son palmarès un rôle dans « Demain ne meurt jamais » mais également dans « La Chute », où il joue Otto Gunsche, le dernier aide de camp d'Hitler. Il participe notamment à cette célèbre scène, parodiée ad nauseam sur Internet et qui a évidemment droit à sa version dans le film.

Car ce qui a commencé comme une blague continue comme une blague : « Iron Sky » est une sorte de mélange entre « L'Aube Rouge » et « Mars Attacks » saupoudré d'un humour assez... scandinave. Pour faire simple, si vous vous attendez à quelque chose de glacé et sophistiqué, ce n'est pas forcément la meilleure enseigne. Cela ne l'empêche toutefois pas d'avoir un univers un peu fouillé et de fourmiller de références plus ou moins faciles à trouver : par exemple, l'un des personnages s'appelle Vivian Wagner en référence à une bd finlandaise « Viivi & Wagner » (vous connaissiez ? Moi non plus). De même, l'invasion de la Terre est déclenchée à 5h45 du matin par ces mots : « A chacune de leur torpille, nous répondrons dix fois ». Le 1er septembre 1939, c'est à cette heure-là et par des mots similaires (« Il faut répondre aux bombes par les bombes ») qu'Hitler ordonna l'invasion de la Pologne et déclencha la Seconde Guerre Mondiale.

 

 

Pour conclure sur une note plus positive sur « Iron Sky » : je m'attendais à une simple série B fauchée avec deux trois blagues un peu borderline histoire de justifier d'un peu de politiquement incorrect. Je me suis retrouvé avec un film plutôt fun et assez bien écrit, une assez bonne surprise donc.

Commenter cet article