Maciste contre Zorro

Publié le par Antohn

Il y a des films qui vous intriguent dès leur titre, notamment lorsque ceux-ci vous promettent un affrontement improbable entre deux êtres qui n'auraient jamais du se rencontrer. "King kong contre Godzilla", "Jesse James contre la fille de Frankenstein", "Les Charlots contre Dracula", "L'Empire contre attaque" (... d'accord, elle était facile celle-là), tout autant de films qui, dès l'affiche hypnotisent l'amateur de cinéma déviant. Autant vous dire, lorsqu'au détour d'un passage à la Fnac, je tombais nez à jaquette avec un dvd arborant fièrement l'inscription "Maciste contre Zorro", j'entendis comme une voix dans un coin de ma tête me dire : "Tu ne va pas passer à côté de ca quand même ?", immédiatement suivie d'un "Ne touches pas à ça, nous sommes tes neurones et nous te l'interdisons !". Au cas où certains en douteraient, ca fait un moment que je n'écoute plus mes neurones. Bien m'en a pris, d'ailleurs, puisque ce coup-ci ces braves petites se sont montrées pour le moins timorées.

  zorro-maciste-aff.JPG

L'affiche espagnole du film (source: horreur.net)

 

Je sais ce que vous allez me dire : Maciste et Zorro sont des personages positifs, sans raison, donc, de s'affronter. De plus, le premier est un personnage de péplum, le second est un justicier vivant dans la Californie du XIXème siècle. Oui, de prime abord, "Maciste contre Zorro", c'est à peu près aussi improbable qu'"Ivanohé contre Lucky Luke". Ca le devient un peu moins quand on sait que le personnage de Maciste voyage assez souvent dans le temps et l'espace. Restait quand même à savoir quelle pirouette allait nous inventer le scénariste pour nous mettre ces deux personnages nez à nez.

 

vlcsnap-00003

 

L'histoire commence dans le royaume de Nogara, un paisible endroit où il fait bon vivre, où tout le monde est heureux et qui ressemble comme deux gouttes de Xeres à l'Espagne du XVème siècle. Alors que la Cour s'apprêtait à fêter on-ne-sait-quoi, un messager arrive au palais porteur d'une nouvelle tragique: le roi de Nogara vient de mourir de la peste. Avant de décéder dans d'atroces souffrances, ce roi eut quand-même le temps d'écrire son testament et de nommer celle qui lui succèdera. "Celle qui lui succèdera" sera l'une de ses deux nièces : Malva ou Isabella.

Pour vous les décire rapidement, Isabella est une blonde au coeur généreux et bienveillant, amoureuse de Ramon, un brave et  honnête poète désargenté (pléonasme). Malva est, elle, une brune froide et calculatrice, dont l'âme damnée, plus que l'amant, est Garcia, l'ambitieux capitaine de la garde.

 

vlcsnap-00006

vlcsnap-00005

Est-il besoin de mettre une légende ?

 

Autant vous dire qu'entre une souveraine sage et avisée et un Staline en crinoline le choix va être rapide et tout le monde le sait, y compris Malva. Le testament étant entre les mains de l'aide de camp du roi et n'étant pas encore arrivé à Nogara, elle entreprend de l'intercepter et le remplacer par un faux. "Cela est plus facile à dire qu'à faire" lui répond grosso modo Garcia, mais il se trouve qu'il connaît un homme qui peut les aider. Récemment, vient de s'installer en ville un Hercule de foire du nom de Maciste, un homme à la force aussi colossale que la bonté et la naïveté. Oui, Maciste est couillon: il suffit que Malva lui raconte qu'elle est très gentille et qu'une bande d'affreux jojos lui a volé un document important pour qu'il lui jure fidélité et promet de réussir sa mission au péril de sa vie.

 

vlcsnap-00008

Pour l'anecdote, le personnage de Maciste est apparu au cinéma en même temps que celui d'Hercule, en 1915. Il s'agissait d'un péplum nommé Cabriria où Maciste était un esclave noir, joué par un docker gênois grimé au cirage: Bartolomeo Pagano. Dans un contexte de Première Guerre Mondiale, ce personnage, devenu très populaire, quitta assez rapidement le contexte des péplums et devint blanc. Il fut ensuite largement utilisé par le régime de Mussolini comme outils de propagande, tel qu'il l'avait été durant la Première Guerre Mondiale.

 

Mise au courant de ce stratagème, Isabella décide, elle, de se mettre à la recherche de son champion à elle et un seul homme est capable de tenir tête à Maciste : Zorro. Par chance, Zorro n'est pas difficile à trouver : il se trouve dans un royaume voisin, il suffit de demander à un type dans un relais de diligence. Il est tellement facile à trouver que, lorsqu'Isabella part à sa recherche, c'est pour apprendre que le vengeur masqué a été capturé et qu'il va être exécuté. En principes, c'est le moment où l'on retient son souffle, où l'on s'attends à une scène de sauvetage épique. Idéalement, on apprend que le Zorro que l'on voulait mettre à mort était un faux Zorro et on voit le vrai surgir du fond de la nuit et courir à la rescousse au galop, avant de faire des trous dans tout un tas de gardes. 

Dans le cas qui nous occupe, point de scène de sauvetage: Zorro s'échappe tout seul et vient lui-même à la rencontre de la princesse. Pourquoi ? On lui a dit qu'elle avait besoin d'aide. Comment s'est-il échappé ? Ben... c'est Zorro !

 

vlcsnap-00013

 

Ce passage est un peu à l'image d'une bonne partie du film: on sent qu'il y a des idées mais que, pour des raisons X ou Y, elles n'ont pas été mises en place. Le gros soucis c'est que le spectateur comprend rapidement qui sont les bons et qui sont les gentils et que les escarmouches entre Maciste et Zorro ne sont que le résultats d'un malentendu. Il est juste dommage que les deux héros mettent tant de temps à le comprendre de leur côté. Par certains côtés, le scénario de "Maciste contre Zorro" fait un peu penser à ces spectacles de marionettes que l'on regardait quand nous étions enfants, vous savez, ceux où le gendarme cherche Guignol pendant dix minutes alors qu'il est derrière lui avec un bâton.

 

vlcsnap-00014

 

On a bien une vague histoire de bandits qui cherchent à mettre la main sur le testament, afin de le revendre au plus offrant, histoire de rallonger l'intrigue. On a bien tout ce que la Création peut compter de quiproquos et de substitutions en tout genres (vu que rapidement, on apprend qu'il y a un vrai et un faux testament), histoire de perdre le spectateur. Mais force est de constater que le milieu du film est plutôt mou et que l'on finit par attendre qu'une chose: que l'un et l'autre des héros comprenne qu'il n'a rien à craindre de l'autre et que l'on avance au lieu de les voir se mettre des bâtons dans les roues.

 

vlcsnap-00016

 

En définitive, "Maciste contre Zorro" est quand même loin d'être un mauvais film et possède le charme de ces vieux films de cape et d'épée avec Jean Marais et Noel Roquevert, de ceux que l'on regarde d'un oeil le dimanche après-midi pendant les vacances de Noël. Des films complètements manichéens, aux rebondissements téléphonés avec une demoiselle en détresse à sauver et un combat à l'épée se terminant immanquablement par la mort du félon. 

Et puis mince, à un moment Maciste se bat contre un crocodile, si c'est pas la classe !

 

vlcsnap-00020.jpg

Sans blagues !

 

 

Fiche technique:

Titre original : Zorro contro Maciste

Réalisateur: Umberto Lenzi

Pays: Italie/Espagne

Année: 1963

Durée: 1h26

Genre: Crossover en terrain neutre

Publié dans Cinéma

Commenter cet article

FredMJG 11/12/2012 14:12

Non mais Pierre Brice ! quelle carrière magnifique ! :p