L'Impossible Kid du Kung-fu

Publié le par Antohn

 

« Le nain il dit qu'il va sortir de la cage! »

 

Suite de mes chroniques sur les films projetés à l'occasion de la Nuit Excentrique VI avec celui qui a clôturé la soirée (enfin « soirée » est un bien grand mot: la projection a eu lieu à 6 heures du matin). Par soucis de ménage du suspense, j'ai préféré vous classer les films par taux d nanardise que par ordre de projection, ce qui ne change rien à l'affaire pour d'éventuels lecteurs et me permet de garder le meilleur pour la fin.

Je vous rassure tout de même, ce film là n'en reste pas moins des plus intriguant, surtout lorsque l'on considère l'acteur principal.

 

Affiche Weng

La jaquette de la VHS française, le film étant sorti en vidéo sous deux titres différents.

 

Tout commence en janvier 1957, à Baclaran, dans la banlieue de Manille. Ce jour là, le petit Ernesto de la Cruz vient au Monde, « petit » est le terme puisqu'à la naissance il ne mesure qu'une quinzaine de centimètre « la taille d'une bouteille de Coca » dira plus tard son frère. On ne donne pas cher de la vie du bébé qui passe les douze premiers mois de sa vie en couveuse, mais contre toute attente, il survit, il grandit même un peu, atteignant 82 centimètres à l'âge adulte. Son enfance se passe tant bien que mal, les de la Cruz ne sont pas riches mais veillent sur cet enfant pas comme les autres qui devient assez vite une célébrité locale à qui l'on apprend même à faire des tours, un u cc une chien savant et que son entourage finit par surnommer « Weng Weng », ce qui serait peu ou prou l'équivalent de « Médor » en français. Notons qu'au Philippines, le Weng Weng est aussi un cocktail mélangeant gin, vodka, tequila, rhum, grenadine, jus d'orange et jus d'ananas... avec un soupçon de whisky selon les variantes, j'ignore par contre qui de l'acteur ou de la boisson est arrivé en premier.

 

vlcsnap-2010-03-26-17h16m34s222

 

A dix-huit ans, il commence à s'initier aux arts martiaux, discipline dans laquelle il s'avère relativement doué: à l'inverse de la plupart des nains, ses membres ne sont pas plus courts que la moyenne, il est juste emprisonné dans un corps de la taille d'un enfant d'un an et demi (il est atteint de nanisme insulaire et non d'achondroplasie). Intrigué, son instructeur en parle à l'un de ses amis, Peter Caballes, réalisateur et producteur qui engage alors le petit karatéka pour l'un de ses films, faisant d'Ernesto « Weng Weng » de la Cruz le plus petit acteur du Monde, record qui ne fut battu que récemment, pour un centimètre, par l'américain Verne Troyer (connu essentiellement pour avoir joué « Mini-moi » dans Austin Powers). Il conserve néanmoins le record du plus petit acteur dans un premier rôle, Guinness Book à l'appui.

 

vlcsnap-2010-03-26-17h23m42s161

 

Remportant un succès inespéré, Weng Weng est, semble-t-il, devenu proche de Fernando Marcos, dictateur qui régnait alors sur les Philippines, ainsi que de sa femme Imelda, connue pour son impressionnante garde-robe et pour avoir, à l'époque, la mainmise sur tout ce qui ressemblit de près ou de loin à de la culture aux Philippines. Devenu une sorte de « nain de la cour », Weng Weng tourne même, avec la bénédiction d'Imelda Marcos, une trilogie, ou une tétralogie, les sources divergent, où il campe une sorte de James Bond de poche, l'agent 00, dont « L'impossible kid du kung-fu » semble être la deuxième apparition à l'écran. C'est également Imelda Marcos qui lui attribua un grade (honorifique) dans l'armée philippine ainsi, semble-t-il qu'un emploi à l'aéroport de Manille.

 

vlcsnap-2010-03-26-17h22m54s190

Une constante dans ce film: la classe et la distinction avec laquelle sont habillés les personnages

vlcsnap-2010-03-26-17h19m37s3

Même le méchant n'est pas en reste

 

Paradoxalement, ces films ne permirent pas à Weng Weng de faire fortune, payé à peine suffisamment pour faire vivre sa famille, il mourut en 1992, d'une crise cardiaque, après avoir eu de sérieux problèmes avec l'alcool.

Bien des légendes ont circulé à son compte: il ne serait pas mort, il aurait enregistré un disque en duo avec Imelda Marcos, il aurait épousé une présentatrice météo, il aurait eu cinq enfants dont un aurait même failli jouer chez les Los Angeles Lakers, il aurait aussi joué pendant des années le rôle de l'enfant Jésus dans les crèches vivantes, ses parents l'ayant élevé dans une ambiance particulièrement religieuse, considérant la survie de leur rejeton comme un miracle, ce qui n'est pas loin d'être le cas, d'ailleurs.

 

vlcsnap-2010-03-26-17h15m48s31

 

Le nombre exact de films tourné par Weng Weng est incertain: bien des bobines se sont perdues, ont été, volontairement ou non, détruites. Certains de ces films furent parmis les rares films philippins de cette époque à être diffusés hors des frontières de l'archipel et à être doublés en anglais, en espagnol et même, pour certains, en français, ce qui fut le cas de « L'impossible kid du kung-fu » sorti également sous le titre « 007 ½, Rien n'est impossible ».

 

Le scénario du film est assez simple et rappelle un peu un épisode de Fantômas: Mr X, un redoutable gangster se cachant sous un masque du Ku Klux Klan essaie d'extorquer des sous aux principaux hommes d'affaire philippins, si chacun d'entre eux ne lui verse pas « un milliard de francs » (sic) il les exécutera tous. La perspective de se faire tuer n'étant pas des plus réjouissante, ils veulent payer, ce que leur déconseille le chef d'Interpol à Manille, parce que « on commence par un milliard, qui sait ce qui se passera ensuite » (sic). Il leur adjoint son meilleur agent qui sera chargé de démasquer Mr X, agent qui n'est autre que... Weng Weng que ceux qu'il est chargé de protéger ont un peu de mal à prendre au sérieux.

 

 

 

 

Weng Weng a beau être un nain, il n'en reste pas moins un agent redoutable, tellement redoutable que j'en suis venu à me demander si ce film n'était pas une parodie. Voir Weng Weng, un nain de 82 centimètres avec la coupe de cheveux de Bernard Thibaut, savater une dizaine de ceintures noires dans un dojo, poursuivre ses ennemis sur une mini moto jaune, démanteler à lui seul un redoutable gang international et emballer d'un regard la moindre donzelle un tant soit peu accorte, est quelque chose de surréaliste, à tel point que j'en suis venu à me demander si ce n'était pas une parodie ce truc, surtout que Weng Weng, paix à ses cendres, n'est pas foncièrement le meilleur des acteurs, en témoigne le regard de poisson pané neurasthénique dont il nous gratifiera tout au long du film.

 

vlcsnap-2010-03-26-17h24m07s146

"Dis tout de suite que je joue mal, toi."

 

Le fait que Weng Weng soit un artiste martial, le fait qu'il ait eu envie de devenir une star de ciné, le fait que ses films ont été exportés laisseraient penser qu'il s'agit ici de premier degrès: Weng Weng étant le protégé d'Imelda Marcos, je vois mal un réalisateur comme Eddie Nicart se permettre de le tourner en dérision, d'autant plus que, à l'inverse de pas mal de films phillipins de l'époque, les films de Weng Weng étaient destinés à l'exportation.

Quoi qu'il en soit, voir un film avec Weng Weng reste une expérience hors du commun, tout d'abbord par le gabarit de l'acteur principal qui offre pas mal de possibilités marrantes au scénariste: du fait de sa petite taille, il peut se faufiler partout et se cacher dans tout et n'importe quoi, il se fera même enfermer dans une cage à serins ce qui est assez inhabituel pour un agent secret de haut vol.

 

vlcsnap-2010-03-26-17h22m20s109

En même temps, il faut voir ce qu'on lui envoie, cette actrice est sensée être une tueuse redoutable mais nous montrera sous tous les angles possibles, qu'elle ne sait absolument pas quoi faire avec un punching-ball.

 

Retombé dans l'oubli après sa mort (à tel point que jusqu'à récemment, aux Philippines, seuls les spécialistes se souvenaient de son nom), Weng Weng fut « exhumé » par des cinéphiles déviants il y a de cela une dizaine d'année, notamment par l'australien Andrew Leavold, spécialiste mondial du cinéma populaire philippin en général et de Weng Weng en particulier, dont se fit tatouer l'effigie sur le bras gauche. C'est d'ailleurs à cet homme que l'on doit la plupart des informations circulant au sujet du plus petit acteur du Monde. Grâce lui soit rendue d'avoir permis de faire connaître le plus grand des petits hommes.

 

vlcsnap-2010-03-26-17h23m33s63

 

Fiche technique:

Titre original: The Impossible Kid

Réalisateur: Eddie Nicart

Année: 1982

Pays: Philippines

Durée: 1h21

Genre: Bon baisers de Manille.

Commenter cet article