L'Aube des zombies

Publié le par Antohn

 

On réagit chacun à sa façon face à l'actualité, certains ne peuvent supporter de voir un journal télévisé qui les assomme à coups de mauvaises nouvelles, d'autres se blindent et ne font plus vraiment attention à ces vies brisées qui défilent quotidiennement sur des écrans divers et variés. Et puis d'autres ont des réactions pour le moins étranges... et devinez dans laquelle de ces trois catégories peut se situer un mec qui a eu l'idée d'appeler son blog « Le Brocoli qui tousse »!

Tout cela pour vous dire que si ma chronique de cette semaine est un film de momies se passant en Égypte, et bien j'ai bien peur que cela ne soit pas totalement sans rapport avec l'actualité.

 

dawn of mummy poster 01

 

Quoi qu'il en soit j'ai une grande envie de parler d'Égypte et aucune intention de lui résister. En plus je vous ai réservé un de ces films americano-italiens à base de scénario débile, de bimbos nunuches et de momies cannibales dont vous me direz des nouvelles (et puis ca me permettra de me faire pardonner de vous rendre cette chronique en retard). J'avais déjà évoqué les momies précédemment avec ma chronique de « La Momie » avec Boris Karloff mais il serait injuste pour ce monstre cinématographique (je parle de la momie, pas de Karloff) de le limiter à un seul bon film, les pharaons aussi ont droit aux honneurs des navets.

Pas de Karl Freund, pas d'esthétique allemande des années 30, là disons que nous faisons davantage dans le film de zombie basique avec supplément bandelettes et esprit 80's.

 

vlcsnap-2011-02-07-14h19m53s110

 

Tout commence en Égypte, il y a très longtemps. Saphiraman est un pharaon qui se distingue par sa cruauté, ruinant les piques-niques de la plèbe et enlevant des enfants. C'est en tout cas comme çà que commence le film et la scène ne semble être là que pour nous expliquer que Saphiraman était un méchant égyptien. Scène suivante: il est mort. De quoi, nous l'ignorons et je pense que c'était le cadet des soucis des scénaristes (« Bon. Moi expliquer à vous. Lui, Saphiraman, lui méchant, bouh! Mais maintenant lui mort! »)

 

vlcsnap-2011-02-07-14h16m12s172

 

♫ Booorn to be wiiiiiiilld! ♪

 

Toujours est-il que nous n'en sommes qu'au prologue et déjà nous sommes perdus, l'irruption d'une espèce de sorcière pendant l'embaumement de ce type ne fait rien pour arranger les choses. En gros, elle arrive, elle explique à Osiris qu'il ne faut pas croire tous ces méchants hommes qui sont venus à lui en lui disant que Saphiraman avait été méchant avec eux mais qu'au contraire c'était quelqu'un de très gentil et qu'à côté de lui un régiment de Bisounours ressemble à une meute de bergers allemands enragés. D'ailleurs, pour prouver qu'elle n'est animée que de bonnes intentions, elle décide même d'enterrer vivants cinq serviteurs avec le pharaon et de lancer une malédiction disant grosso-modo que si quelqu'un venait à ouvrir la tombe, même avec un mandat du musée du Caire, ce cher Saphiraman ainsi que ses serviteurs se feraient une joie de se réveiller pour massacrer tout le monde.

 

vlcsnap-2011-02-07-14h18m19s194

L'embaumement consiste ici à mettre dans des pots en terre des abats de montons achetés chez Monsieur Hassan, boucher au Caire (ouvert tous les jours sauf le lundi de 10h à 19h).

 

Au bout de trois paragraphes, je pense que tout le monde a compris que tôt ou tard Saphiraman se réveillera et tuera deux ou trois personnes; c'est à ce moment-là que les scénaristes estiment qu'il serait temps de nous présenter les vict... les héros.

 

vlcsnap-2011-02-07-14h19m10s203

Des spandex, des rollers et un Kodak a pellicule argentique, pas de doutes, ont est bien en 1981.

 

Un conseil, si vous faites un jour un film d'horreur, faites en sorte que les héros soient un tantinet sympathiques aux yeux du public. Ici, on est presque heureux de les voir se faire tuer tant ils sont horripilants. Tout d'abord, il y a une troupe de mannequins, sensé être l'« atout-charme » du film (à défaut d'être l'« atout-intelligence »). Elles et leur photographe embarquent pour le Caire afin de faire des photos « pour un gros client » devant les pyramides. Cliché oblige, ces demoiselles n'ont strictement rien à faire des dernières merveilles du Monde encore debout, ce qui, personnellement, me prive de toute compassion à leur égard.

 

vlcsnap-2011-02-07-14h20m30s237

Du haut de ces orteils, un quart de siècle vous dit merde.

 

Les autres ne sont pas en reste puisque nous faisons assez rapidement connaissance de Rick et ses amis qui sont des... pilleurs de tombes. Ce qu'ils font là est assez simple: ils ont découvert la tombe de Saphiraman, à deux pas des pyramides de Gizeh. Là, trois incohérences majeures:

1- Comment une tombe a-t-elle pu rester inviolée alors qu'elle se situait à l'un des endroits les plus fouillés d'Égypte?

2- Comment ces types ont-il appris où était la tombe?

3- Comment trois bonshommes peuvent-ils réussir à mener des fouilles à côté du plateau de Gizeh sans que personne ne vienne leur demander le moindre compte? Surtout vu leurs méthodes:

 

vlcsnap-2011-02-07-14h18m28s41

Des fouilles à la dynamite...

et je suis sensé avoir de la sympathie pour ces types?

 

En passant par là, ces pillards sont eux-aussi de véritables clichés: on a le sous-Indiana Jones, son copain un peu pleutre et l'indispensable félon indigène, livré ici avec son supplément « djellaba et accent à la con ». Le plus souvent, le dernier cité est un personnage qui aurait mieux fait de se casser une jambe le jour où il a rencontré ses deux compagnons d'infortune. C'est souvent lui, par exemple, qui se fait tuer en premier, histoire de bien montrer aux spectateurs que « l'avidité c'est mal ». Là, disons que que ce sont ses compagnons qui auraient mieux fait de se casser une jambe. Parti bouder dehors parce que la tombe qu'ils venaient de dynamiter ne contenait pas d'or mais « juste de vieilles peintures », il vit alors s'approcher deux jeeps qui contenaient des mannequins et des photographes. Confondant « ne pas se faire remarquer » et « pas de témoins », il leur tira dessus, ce qui évidemment, eut pour effet d'attirer l'attention et de forcer ses deux copains à se confondre en excuses auprès de leurs compatriotes.

 

vlcsnap-2011-02-07-14h21m59s93

 

Ne se démontant pas, ils leur expliquent alors qu'ils sont archéologues et qu'ils viennent de mettre au jour une tombe. « Génial » répondit le photographe, « il nous fallait un endroit pour photographier, nous allons installer nos projecteurs là-dedans! ». Inutile de vous dire que faire ceci, ne fait pas que bafouer la logique... non seulement elle la bafoue mais en plus elle l'achève à coups de pieds, la coupe en morceaux et la donne à bouffer à des truies albinos!

 

vlcsnap-2011-02-07-14h22m41s5

 

Soucieux de passer pour de vrais archéologues, les pilleurs laissent ce photographe installer ses gros projecteurs dans la chambre funéraire et prendre des photos de ses modèles dans des tenues qui n'ont absolument strictement rien à voir avec l'Égypte. Oui, parce que non seulement, on ne sait pas qui était précisément Saphiraman, on ne sait pas de quoi il est mort, on ne sait pas comment l'autre trio infernal est parvenu à localiser la tombe mais en plus on ignore pourquoi précisément, il fallait envoyer des mannequins en Égypte pour les filmer en robe du soir (d'autant plus que, je ne suis pas photographe de mode, mais une tombe, j'ai connu plus glamour comme décor).

 

vlcsnap-2011-02-07-14h22m53s133"Heuu, vous êtes sûr que c'est bien "Le Louqsor" ici?"

 

Quoi qu'il en soit, les projecteurs installés dans la tombe font fondre le goudron qui maintenaient ensembles les bandelettes de la momie et cette dernière se réveille, ainsi que les malheureux sacrifiés en même temps que lui qui, pour des raisons que j'ignore, ont été tués dans la tombe mais se réveillent en plein désert (et admirablement conservés d'ailleurs). Personne ne s'étonne pourtant le lendemain de voir le tombeau vide, quant au mystérieux tueur qui s'est mis à massacrer des gens, peu importe: le photographe expliquera à ses modèles qu'on ne bouleverse pas un programme de shoot tout çà parce qu'un psychopathe bouffe des indigènes, et si une mannequin disparaît après être partie seule, peu importe.

 

vlcsnap-2011-02-07-14h27m10s127

Le trésor de Saphiraman, en réalité quelques poteries typiques achetées dans un souk voisin et bombées en dorée. Vous noterez d'ailleurs à droite un splendide plat à tajine.

 

La suite est assez convenue: la momie et ses sbires tuent une poignée de personnes de façon relativement gore, déciment les invités d'une cérémonie de mariage puis nos vaillants « héros » finissent par se débarrasser du monstre avant un twist final laissant augurer d'une suite qui ne vit jamais le jour.

Si le scénario de l' « Aube des zombies » est particulièrement débile et mal écrit, ce n'est pourtant pas le seul défaut du film. Parmi ces autres défauts, il faut malheureusement citer les acteurs. Je sais bien que dans ce genre de production, se sont des personnes dont l'expérience est faible, voire inexistante, néanmoins, quand des acteurs cabotinent avec aussi peu de vergogne je ne peux m'empêcher de le signaler, d'autant plus que le doublage est à la hauteur du reste: j'ai vu plus mal doublé comme film mais le moins que l'on puisse dire est qu'il appartient à la catégorie des films doublés par des intermittents prêts à doubler n'importe quoi contre un café et un sandwich.

 

vlcsnap-2011-02-07-14h24m04s73

Une pensée pour l'acteur jouant Saphiraman, badigeonné tous les matins de goudron...

 

vlcsnap-2011-02-07-14h28m18s52

... et pour ces pauvres figurants à qui on a filé des abats d'agneau (Monsieur Hassan faisait une promo ce jour-là) avec pour ordre de mordre dedans.

 

Quant à la réalisation, comment dire... Je n'ai rien contre les réalisateurs qui tournent en lumière naturelle, regardez « Barry Lyndon » de Stanley Kubrick, le seul soucis est que, quand il fait noir comme un four, il est inutile de filmer quoi que ce soit vu qu'on ne voit rien à l'écran! et lorsque c'est quelque-chose d'important qui se passe, et bien nous en sommes réduits à entendre des hurlements d'agonie et à se douter qu'un personnage vient de se faire tuer dans des circonstances sordides.

 

vlcsnap-2011-02-07-14h25m06s182

 

Vous l'aurez compris, « L'aube de la momie » est loin d'être un bon film, ce n'est même pas un nanar, les passages les plus débiles étant noyés dans des séquences porteuses d'un ennui des plus profonds.

J'ai oublié de vous le dire: le rythme de « L'aube de la momie » est lent, très lent, s'étirant péniblement sur une heure et demie alors qu'une heure dix auraient suffi. Nous devons attendre une bonne heure avant que la momie ne fasse réellement des siennes et vingt autres minutes avant que le casting ne se décide à l'affronter et à la détruire et qu'un générique oscillant entre la pop-fm et le disco orientalisant ne vienne servir de dernière maille dans le linceul d'un ratage qui n'en avait pourtant pas besoin.

Le slasher est au film d'horreur ce que le rock est à la musique et ce que le politiquement incorrect est à l'humour: tout le monde pense qu'on peut y arriver avec deux trois ficelles mais c'est pourtant bien plus compliqué que çà.

 

Bonus: Le résumé vidéo du film

 

 

 

Fiche technique:

Titre original: Dawn of the Mummy 

Réalisateur: Frank Agrama

Année: 1981

Pays: États-Unis/Italie/Égypte

Durée: 1h28

Genre: Le pharaon n'aime pas les projos.

Commenter cet article

TweeterPan 09/02/2011 11:39


Oh mon dieu !
Je viens de faire une rapide recherche et j'ai trouvé la bande annonce de la seconde oeuvre du même réalisateur (qui s'est arrêté là, dieu merci !) : "Queen Kong". Je te laisse apprécier
http://www.youtube.com/watch?v=AlHxg2UzCag


Antohn 09/02/2011 14:21



La vache! Merci pour l'info: j'avais complètement oublié l'existence de ce film et encore moins percuté qu'ils étaient le fait du même réalisateur. Visiblement, Frank Agrama aurait également
réalisé un thriller ainsi que deux autres films en Egypte, d'où il est originaire, mais les chances pour qu'ils soient moins interressants sont relativement élevées.


Sinon, d'après mes souvenirs "Queen Kong" était sensé être une comédie pouêt pouêt qui, en plus d'être mauvaise, n'avait rien rapporté à son producteur si ce n'est un procès carabiné pour plagiat
de la part de Dino de Laurentiis (qui venait de sortir le remake de "King Kong").


Si jamais un jour je tombe sur ce film, je peux te garantir qu'il finira sur ce blog avant d'avoir compris ce qui lui arrive.