Initiation à la ripperologie. 3e partie, les suspects(3)

Publié le par Antohn

Troisième partie de mon dossier consacré aux personnalités soupconnées d'être Jack l'Eventreur. Au menu,quelques cas banals, d'autres fantaisistes et quelques suspects interressants à défaut d'être crédibles.

 

 

-James Kelly
suspect jkellQui était-il?: James Kelly (1860-1929), qui n'entretenait aucun lien de parenté avec Mary Kelly, était un tapissier anglais, condamné à mort en 1883 pour le meurtre de sa femme. Déclaré fou (il souffrait probablement de schizophrénie paranoïaque), il voit sa peine commuée en internement à l'hôpital de Broadmoor. En 1888, il s'évade et n'est retrouvé qu'en 1896, lorsqu'il se rend au consulat britannique de la Nouvelle Orléans. Ramené en Angleterre, son bateau arrive avec une journée d'avance et aucun policier n'est là pour l'arrêter. Refusant d'attendre une journée, Kelly s'échappe.
En 1927, il se présente à la porte de l'asile de Broadmoor, il a alors 67 ans, il est sourd, malade et exténué. Il y meurt en 1929, après avoir raconté dans le détail ses pérégrinations.
Pourquoi est-il suspect?: James Kelly a été emprisonné pour meurtre après avoir assassiné sa femme, Sarah. N'ayant eu, avant elle, que des prestations tarifées auprès de prostituées de Whitechapel, ses connaissances en matière d'éducation sexuelle étaient faibles et il semble qu'il ne put consommer le mariage. Il accusa alors sa femme d'avoir une malformation, et, découvrant qu'il avait une maladie vénérienne, il l'accusa d'être une prostituée et de l'avoir infecté. Un jour, parce que Sarah s'était barricadée dans sa chambre, il défonça la porte et la poignarda.Sa victime décéda à l'hôpital quelques heures plus tard. Tout d'abord condamné à être pendu, Kelly refusa de croire qu'il le serait un jour, affirmant que « Dieu [lui] avait confié une mission » et il fut en effets gracié, grâce, notamment, au soutien des parents de sa victime.
Kelly était médicalement fou, il était capable de tuer et dans son asile, s'est probablement rendu compte que sa maladie ne pouvait pas venir de sa femme mais plutôt des prostituées qu'il fréquentait autrefois. Un paranoïaque, comme l'était Kelly aurait alors parfaitement pu concevoir une haine homicide des prostituées, qu'il aurait rendues responsables de la mort de sa femme. La date des premiers meurtres correspond à son évasion de Broadmoor et il correspond également au signalement donné par les témoins.
Pourquoi ne serait-il pas coupable?: Parce que, d'une part, assassiner sa femme dans un coup de folie et tuer des inconnues de façon méthodique ne sont pas deux choses identiques. D'autre part, si Kelly tuait des prostituées en se sentant investi d'une mission divine, pourquoi s'être arrêté à cinq? La peur d'être pris? Il avait déjà échappé à la potence une fois, il se croyait protégé par des forces divines, il n'avait aucune raison de s'arrêter.
Enfin, rien ne prouve qu'il était bel et bien à Londres au moment des faits.

Kelly était probablement fou, il avait déjà tué et il était dans la nature au moment des faits. Ajoutons à cela que nous pouvons supposer qu'il ait voué une haine tenace envers les prostituées, bien que rien ne nous empêche de croire que dans son délire il est resté persuadé que sa femme était réellement responsable de sa maladie. Et puis si Kelly était l'Eventreur, pourquoi s'est-il arrêté de tuer? Pourquoi, alors qu'il s'est rendu plusieurs fois aux autorités, n'a-t-il jamais dit qu'il était le tueur que la police recherchait depuis si longtemps.
==============================================
Le prince Albert Victor
suspect duke-Qui était-il?: Le prince Albert Victor d'Angleterre, duc de Clarence (1864-1892) était le fils du Prince Albert Edward qui devint plus tard le roi Edward VII. Si sa mère, Alexandra, était aimée du peuple, son père, lui, n'avait pas bonne réputation, passant pour un coureur de jupons et un homme indigne de devenir un jour roi d'Angleterre. Albert Victor, ou « Eddy » comme il était surnommé, n'était pas un homme très éveillé, à tel point que des rumeurs circulent et ont circulé sur le possible retard mental du prince. A ce niveau là, rien n'est prouvé mais le fait que, malgré un tuteur, ses études à Cambridge aient été désastreuses laisse penser que, sans être retardé, Eddy possédait une intelligence inférieure à celle demandée pour être roi d'Angleterre. C'était un homme doux, aimable et tout ce que l'on veux mais c'était aussi quelqu'un qui, il faut bien le dire, ne s'intéressait à rien.
Les circonstances de sa mort restent floues: officiellement, il serait mort d'une grippe, d'autres témoins parlent d'un « ramollissement du cerveau » (?) voire de la syphillis quand d'autres n'évoquent pas l'hypothèse qu'il ait pu être euthanasié par le médecin royal, le docteur Gull.
-Pourquoi est-il suspect?: A l'époque, personne ne faisait du prince Eddy un coupable potentiel, ce ne fut que près de quatre-vingt dix ans plus tard, en 1970 que le docteur Thomas Stowell publia un article dans la revu Criminologist, article sobrement intitulé « Une solution ». Se fondant sur les « papiers personnels » du docteur Gull, Stowell y explique en quoi un certain « S » (rapidement identifiable comme étant le prince Eddy) aurait pu commettre ces meurtres et que dès le second, voire le premier meurtre, la famille royale était au courant de la culpabilité du prince et aurait tenté de le couvrir. L'hypothèse de Stowell était que le prince avait contracté la syphillis lors d'un voyage aux Indes et que, rendu fou par la maladie, il se serait alors acharné sur des prostituées de l'East-End. Une autre explication serait qu'il aurait contracté ladite syphillis auprès d'une de ces prostituées et qu'il ait, dans un délire paranoïaque, tenté de se venger en assassinant les prostituées qu'il croiserait. Après le double meurtre du 30 septembre 1888, il aurait été interné et, réussissant à s'échapper, aurait eut le temps d'assassiner une cinquième victime, Mary Kelly, avant d'être retrouvé et interné.
Cette hypothèse peut paraître tentante dans la mesure où, d'une part, le prince Eddy correspond à la description physique du principal suspect faite par les témoins, il avait 24 ans au moment des faits, ce qui correspond à l'âge estimé du tueur, il avait un défaut physique (il était pratiquement sourd d'une oreille et avait un cou démesurément long) et, par ses études à Cambridge, il avait les connaissances médicales suffisantes pour pratiquer les mutilations opérées sur les victimes (Stowell attribue plutôt ces connaissances au fait qu'Eddy allait régulièrement chasser et devait savoir dépecer un cerf) .
Enfin, cela expliquerait le fait que le tueur n'ait jamais été appréhendé, la famille royale ayant fait barrage pour que la vérité ne soit pas dévoilée.
-Pourquoi ne serait-il pas coupable?: Pour plusieurs raisons. Tout d'abord, nous n'avons aucune trace des « papiers personnels du docteur Gull » qu'utilise Stowell. Ce dernier meurt peu de temps après la publication de son article et sa famille eut la « bonne idée » de brûler l'intégralité de ses manuscrits, si les notes du docteur Gull figuraient dans le tas, elles sont parties en fumée. Résultat, il est impossible de savoir si Stowell utilisait réellement des notes du médecin royal, vu qu'on pourra toujours nous objecter qu'elles ont été détruites à sa mort, et il est impossible de savoir si Eddy avait bel et bien la syphilis et si la famille royale a bien tenté de masquer le fait qu'il était Jack l'Eventreur.
Quand bien même ces papiers auraient été retrouvés, cela ne répondrait pas à toutes les questions. Tout d'abord, il est très rare que la syphilis cause des cas de démence: le malade ne devient fou que dans un cas sur dix et encore, uniquement en cas de neuro-syphilis non soignée, et on voit mal le prince Eddy ne pas être soigné pour une maladie vénérienne (ce ne serait pas le premier membre de la famille royale d'Angleterre à attraper une maladie honteuse et probablement pas le dernier). Autre difficulté: Eddy serait mort de la syphilis en 1892.... tandis que le docteur Gull est mort en 1890, il était donc peu en état de suivre l'évolution d'une syphillis chez un patient, tout aussi royal soit-il.
De façon générale, cette thèse n'est étayée par aucune preuve tangible. Évidemment, ses partisans répondent qu'il n'y a pas de preuves parce que toutes les preuves ont été détruites, mais c'est une sortie un peu facile.
Dernier argument, les registres royaux font état du fait que, aux dates des cinq meurtres, le prince Eddy n'était pas à Londres, ce qui, comme alibi est pour le moins acceptable.
De la même manière que beaucoup pensent encore aujourd'hui que les meurtres de l'Eventreur sont le résultat d'une conspiration royale, beaucoup pensent que le prince Eddy était le tueur. Sir Melville Macnaughten avait laissé entendre que Scotland Yard savait qui était l'Eventreur mais que personne ne pouvait le dire, car la revelation de son nom pourrait avoir des conséquences catastrophiques. Qui sait ce qu'il se serait passé si le peuple avait découvert qu'un membre de la famille royale s'amusait à découper de pauvres femmes en morceaux. Cette affirmation a mené à bien des suppositions comme celle de la culpabilité d'un membre de la famille royale, en oubliant qu'un homme comme le prince Eddy serait loin de passer inapercu dans les rues de Whitechapel.
==================================================
-George Hutchinson
-Qui était-il?: George Hutchinson (18??-1???) était l'un des soupirants de Mary Kelly, la dernières victime de l'Eventreur. Après le meurtre de cette dernière, il fut interrogé par la police, des témoins l'ayant vu rôder à proximité de chez elle la nuit du meurtre.
Pourquoi est-il suspect?: Il fut innocenté par Scotland Yard car il déclara avoir vu un homme entrer chez Mary Kelly, homme dont il donna une description précise, trop précise même aux goûts de certains qui le soupçonnent d'avoir inventé cette histoire pour détourner les soupçons. D'autant plus qu'il ne raconta cette histoire qu'après que le dossier Kelly ait été classé.
-Pourquoi ne serait-il pas coupable?: Tout d'abord parce que Scotland Yard n'a rien trouvé à lui reprocher à l'époque, ensuite parce que son mobile pour tuer Mary Kelly était bancal: ne pouvant obtenir ses faveurs, il l'aurait massacrée... notez qu'on a vu des imbéciles tuer des femmes pour moins que çà. Mais quid des autres victimes? Quel mobile aurait-il eu pour tuer les autres?
==================================================
Aaron Kosminski
suspect kosm-Qui était-il?: Aaron Kosminksi (1864?-1919) est un homme d'origine russe ou polonaise qui faisait partie des nombreux Juifs d'Europe de l'Est qui se réfugièrent en Angleterre pour fuir les pogroms. La seule chose que nous savons de lui est qu'il était probablement fou.
-Pourquoi est-il suspect?: Il fut pour la première fois mentionné comme étant suspect en 1894 par Sir Melville Macnaughten, alors patron de Scotland Yard. En 1888, des témoins ayant aperçu l'Éventreur ont déclaré avoir reconnu Kosminski comme étant le tueur. Malgré cela, aucune poursuite ne fut engagée contre lui: les témoins étaient juifs et avaient refusé de témoigner contre un autre juif, par crainte de voir se reproduire à Whitechapel les massacres qu'ils avaient fui en Europe de l'Est. 
-Pourquoi ne serait-il pas coupable?: Aaron Kosminki a existé, Aaron Kosminski était fou mais nulle part il n'est fait mention du moindre comportement violent de sa part. Malgré cela certains ripperologues en font un suspect possible.

==================================================

Michael Ostrog

ostrog-Qui était-il?: Bonne question: Michael Ostrog, si tant est que ce soit son vrai nom, est un un aventurier russe(?) né en 1833(?) et mort, probablement au début du XXe siècle. Usant de différents pseudonymes, il se crée un casier judiciaire long comme le bras, fait de peines de prison allant de trois mois à dix ans pour divers larcins et escroqueries.
-Pourquoi est-il suspect?: Il fait partie des suspects mentionnés en 1894 par Sir Melville MacNaughten. Il décrit Ostrog comme un homme violent, un fou homicide qui aurait pour habitude de déambuler dans les rues avec des couteaux de chirurgien. Il passait également pour être un homme qui se comportait « de façon cruelle » avec les femmes.
Il aurait alors assassiné ces femmes en obéissant à des pulsions qu'il se tenait prêt à assouvir en emportant toujours des couteaux avec lui.
Il parlait un anglais parfait et savait rapidement changer d'identité et même de tête, ce qui aurait pu l'aiderà passer inaperçu dans les rues de Whitechapel.
-Pourquoi ne serait-il pas coupable?: Malgré ce qu'en dit Sir Melville Macnaughten, Ostrog n'était pas un fou sanguinaire aux yeux injectés de sang qui parcourait Whitechapel la bave aux lèvres en attendant l'occasion de massacrer des putains. En réalité, il s'agit d'un criminel plus ordinaire, d'un petit voleur, d'un escroc sans envergure qui n'a contre lui que le fait d'avoir été déclaré « fou » en septembre 1887 puis libéré « guéri » en 1888.
Entre voler des montres ou des livres et dépecer des inconnues, il y a un pas et rien ne dit que Michael Ostrog l'ait franchi.
De plus, il est fort probable qu'à l'automne 1888 il ait été en France.
==================================================
Robert D Stephenson
suspect dons-Qui était-il?: Robert Donston Stephenson (1841-1???) était l'un des premiers ripperologues. Au moment même des meurtres, il écrivit de nombreux articles élaborant des théories sur l'identité du tueur. Il avait, par exemple, émi l'hypothèse que l'Eventreur puisse être français en se fondant sur le graffiti retrouvé à proximité du lieu du meurtre de la quatrième victime. Cette inscription disait « The Juwes are the men That Will not Be blamed for nothing » (« Les Juifs[avec une faute d'orthographe] sont les hommes qui ne seront pas blamés pour rien. ») et l'orthographe du mot « Juwes » fut sujet à bien des spéculations. Stephenson, pour sa part, pensait que cette orthographe serait dérivée du mot « Juif » en français, mal orthographié par un homme dont l'anglais n'était pas la langue maternelle.
Après le cinquième meurtre, il avait émis l'hypothèse que les meurtres aient pu être des meurtres rituels.
-Pourquoi serait-il suspect?: Dans ses écrits, Stephenson paraissait un peu trop sûr de lui au goût de certains, notamment lorsqu'il développait son hypothèse des meurtres rituels. Il déclarait avec un certain aplomb « qu'il n'y aurait que cinq meurtres, pas un de plus ». Selon lui, en reliant les lieux des meurtres sur une carte, on obtenait une forme de pentagramme satanique... comme il arrive souvent quand on relie cinq point entre eux. Troublant pour certains qui en viennent à penser qu'il en savait plus qu'il voulais le laisser croire.
Stephenson étant un passionné d'occultisme, certains en vinrent à penser qu'il avait lui même commis ces meurtres en obéissant à une croyance occulte étrange.
-Pourquoi ne serait-il pas coupable?: Aimer faire tourner les guéridons ne fait pas forcément de quelqu'un un sataniste et encore moins un fanatique capable de tuer. S'interresser à l'affaire de l'Eventreur ne fait pas non plus de quelqu'un un suspect potentiel: après tout Sir Arthur Conan Doyle aussi s'est penché sur le cas et lui aussi était intéressé par le spiritisme, est-ce pour autant qu'il fait un suspect?
Quant au pentagramme, il s'agit plus d'une hypothèse fumeuse que d'autre chose: lorsque l'on relie entre eux les lieux des meurtres sur une carte, c'est un drôle de pentagramme que l'on trouve, si les lieux des meurtres avaient étaient réellement choisis à l'avance, il y a fort à parier qu'il aurait été plus régulier: ce n'étaient pas les coins sombres et propices au meurtre qui manquaient à Whitechapel.
Et puis si ces meurtres étaient réellement des meurtres rituels, pourquoi ne pas avoir pratiqué les mêmes mutilations sur tous les cadavres? Pourquoi ne pas avoir laissé un signe, comme un pentagramme ou toute autre inscription?
==================================================
Jill l'Eventreuse
-Qui était-elle?: Très peu de temps après le cinquième et dernier meurtre attribué à l'Éventreur, certains enquêteurs se mirent à penser que, s'ils ne trouvaient pas le tueur, c'est qu'ils ne le cherchaient pas là où il était. Cette hypothèse vient d'un témoignage receuilli le jour de la découverte du corps de Mary Kelly. Alors que la police estimait l'heure de la mort de Kelly aux environs de 3h ou 4h du matin, une certaine Mrs Maxwell raconta aux policiers avoir aperçu Mary Kelly depuis sa fenêtre aux alentours de 8h du matin. Je n'apprends à personne qu'à 8h du matin en novembre, il fait nuit et que, plus que Mary Kelly, Mrs Maxwell a vu « une femme » sortir de chez la victime, femme qu'elle a identifié comme étant Mary Kelly dans la mesure où seule Mary Kelly pouvait sortir de cette maison.
Lorsqu'Abberline en parla à son mentor, le Docteur Thomas Dutton, celui-ci émit l'hypothèse selon laquelle le tueur pouvait être une femme, une « Jill l'Eventreuse », alors que la police courait après un «Jack l'Éventreur ».
Les partisans de cette théorie avancent même un nom: Mary Pearcey, pendue en 1890 pour avoir égorgé la femme de son amant et le fils de celle-ci et avoir abandonné leurs corps sur la voie publique.
-En quoi cette hypothèse est-elle crédible?: En 1939, William Stewart publie un ouvrage intitulé Jack the Ripper, A new theorydans lequel il tente de cerner le tueur en se posant quatre questions essentielles:
-Quel genre de personne pouvait déambuler la nuit sans éveiller les soupçons des passants ou de son entourage?
-Quel genre de personne pouvait porter des vêtements tachés de sang sans que personne n'y voie quoi que ce soit d'anormal?
-Quel genre de personne possédait les connaissances médicales suffisantes pour pratiquer aussi vite les mutilations retrouvées sur les cadavres?
-Qui aurait pu avoir une excuse solide s'il était trouvé à côté d'un corps?
Il y a plusieurs réponses à ces questions et l'une d'entre elle est que toutes ces victimes aient pu être les victimes d'avortements qui auraient mal tourné. L'avorteuse aurait tué, par accident, les quatre femmes (Elizabeth Stride n'ayant pas été éventrée, elle n'est, ici, pas considérée comme une victime de l'Éventreur,) et aurait abandonné leurs corps pour faire croire aux meurtres d'un fou. Lorsqu'elle se rendit compte que la police recherchait bien un dément, elle se serait mise à pratiquer encore plus de mutilations sur ses « patientes », les défigurant, par exemple. Un fait venant consolider cette hypothèse: les examens pratiqués sur le corps de Mary Kelly ont montré qu'elle était enceinte de trois mois et, vu qu'elle n'avait pas les moyens de le nourrir, aurait très bien pu recourir aux services d'une avorteuse.
Une avorteuse pouvait se promener dans la rue la nuit sans être remarquée, qu'elle soit tâché de sang aurait paru normal, elle possédait les connaissances médicales suffisantes pour enlever les utérus (si les victimes étaient enceintes, cela aurait pu constituer une preuve) et personne ne l'aurait soupçonnée si on la découvrait à proximité du corps vu que la plupart des policiers pensaient qu'une femme était incapable de commettre de telles horreurs.
Quant au nom de Mary Pearcey, il fut mis sur la table quand celle-ci fut jugée pour un double meurtre qui, par bien des égards, ressemblait à ceux de l'Eventreur. Sir Melville MacNughten, qui l'a rencontrée, la décrit comme une femme exceptionnellement braqué, d'une force physique peu commune. Or, l'un des arguments principaux plaidant pour un tueur mâle est que très peu de femmes possédaient la force suffisante pour égorger les victimes aussi profondément, même avec un couteau bien aiguisé. Cette force, Mary Pearcey l'avait.
De plus, peu de temps avant son exécution, Mary Pearcey parvint à faire publier une annonce disant « M.E.C.P. last wish of M.E.W. Have not betrayed. » (« M.E.C.P. Dernier voeux de M.E.W. Ne pas avoir trahi »); certains pensèrent alors que Mary Pearcey ait pu être avorteuse et, ayant été dénoncée, se serait vengée des ennuis que cela lui aurait causé en assassinant des patientes.
-En quoi cette hypothèse n'est-elle pas crédible?: Des femmes tueuses en série, ca existe, des femmes qui égorgent leurs victimes, c'est plus rare mais ça existe... par contre, des femmes pratiquant des mutilations sur les corps de leurs victimes ca ne s'est pour ainsi dire jamais vu.
De prime abord, « Jill l'Eventreuse » est une suspecte plausible, tant le fait que le tueur soit une femme éclaire de zones d'ombres: ces meurtres ne seraient pas le fait d'un fou mais seraient des morts accidentelles maquillées en meurtres. Le seul soucis, c'est que sur les quatre victimes, une seule était enceinte, les autres n'étant ni en état et en âge de concevoir.
Dernière chose: Mary Kelly a été retrouvée chez elle mais les autres étaient dans la rue et s'y trouvaient par hasard. Prenons le cas de Catherine Eddowes, par exemple: elle fut tuée peu de temps après avoir été libérée d'une cellule de dégrisement: en quelques minutes, elle aurait trouvé une avorteuse, serait allé se faire avorter, serait morte d'hémorragie et aurait été transportée jusqu'à Mitre Square? Vous l'aurez compris si l'avortement ayant mal tourné pourrait être une explication pour le meurtre de Mary Kelly, il n'en est pas un pour les autres meurtres.
Quant au témoignage de Mrs Maxwell disant avoir vu une femme sortir de chez Mary Kelly le matin du meurtre? Sir Arthur Conan Doyle, interrogé sur l'affaire, avait trouvé une explication simple: le tueur se serait déguisé en femme pour ne pas être repéré et quitter les lieux en toute tranquilité.
==================================================

Sauf mention contraire, toutes les photos illustrant cet article proviennent du site casebook.org.

 

Voir aussi:

Petite initiation à la ripperologie

Initiation à la ripperologie. 2e partie, les faits

Initiation à la ripperologie. 3e partie, les suspects(1)

Initiation à la ripperologie. 3e partie, les suspects(2)

 

From Hell

Jack l'Eventreur, affaire classée

Publié dans Ripperologie

Commenter cet article

Pascale Leconte 08/06/2014 17:40

J'aimerais vous faire part d'un nouveau débat sur l'identité de Jack l’Éventreur lancé par le roman "Jack n'est pas un homme" !

"Et si Jack l’Éventreur était une femme ayant réellement existé en 1888 ?
Mêlant biographie et faits réels, ce roman pourrait-il être la clé du mystère ?"

L'histoire narre la vie de cette femme ayant réellement vécu en 1888, à partir de ses 18 ans lorsqu'elle rencontre son futur mari anglais, alors qu'elle est américaine.
Comment cette "étrangère" fut-elle poussée dans ses derniers retranchements ? Une enfance instable, une mère castratrice aux mœurs légères, un mari volage ainsi que l'époque victorienne et
puritaine sont autant d'explications nous guidant sur le chemin de la réponse.
Il s'agit d'un mélange de psychologie, des faits de ce criminel ayant terrorisé l'Angleterre et d'une biographie authentique.

"Jack n'est pas un homme" : en prévente sur le site de crowdfunding :
http://www.kisskissbankbank.com/jack-n-est-pas-un-homme-roman

Venez jeter un coup d’œil au site et partagez l'info !!
Qu'en pensez-vous ?