Initiation à la ripperologie. 3e partie, les suspects(2)

Publié le par Antohn

Suite de ma liste, non exhaustive, de personnalités soupçonnées d'être Jack l'Éventreur. Et on commence par l'un de mes suspects préférés, moins pour sa crédibilité que pour le raisonnement qui a poussé à le soupçonner.

 

-Lewis Carroll

  suspect carroll- Qui était-il?: Charles Lutwidge Dodgson (1832-1898) plus connu sous le nom de plume de Lewis Carroll, était un écrivain, poète et mathématicien britannique. Il est surtout connu pour avoir écrit « Alice au Pays des Merveilles » et sa suite « De l'autre côté du miroir ». Ses fantaisies littéraires n'étaient pas du goût d'une partie de son entourage et certains le trouvaient « étrange ». Il ne s'est jamais marié et on ne lui connait aucune liaison sérieuse, mise à part une dans les années 1860 qui fut relativement chaotique. Publiant des œuvres littéraires sous un pseudonyme et des articles scientifiques sous son vrai nom, Lewis Carroll menait une sorte de double vie qui aurait selon certains, altéré son état mental.

Pourquoi est-il suspect ?: En 1996, Richard Wallace, un des biographes de Lewis Carroll, publia un livre intitulé « Jack the Ripper, Light-Hearted Friend » (« Jack l'Eventreur, un ami si badin ») dans lequel il attribua les meurtres de Whitechapel à Lewis Carroll et à un de ses amis, Thomas Vere Bayne. Leur mobile? Ils auraient été homosexuels et, dans une Angleterre où l'homosexualité masculine était interdite, ils auraient essayé d'évacuer leurs pulsions en massacrant des femmes à Whitechapel. Des preuves? Selon Wallace, Lewis Carroll, qui adorait les jeux de mots, aurait caché dans ses écrits des phrases qui auraient été des anagrammes dissimulant des aveux. Ainsi, ce passage tiré d'« Alice pour les tout-petits » (une version simplifiée et illustrée d'« Alice au Pays des Merveilles » à destination des jeunes enfants):

« 'So she wondered away, through the wood, carrying the ugly little thing with her. And a great job it was to keep hold of it, it wriggled about so. But at last she found out that the proper way was to keep tight hold of itself foot and its right ear'.»

 

donnerait

 

"She wriggled about so! But at last Dodgson and Bayne found a way to keep hold of the fat little whore. I got a tight hold of her and slit her throat, left ear to right. It was tough, wet, disgusting, too. So weary of it, they threw up - jack the Ripper.' (« Elle a un peu gigoté mais finalement Dogson et Bayne ont réussi à immobiliser cette petite pute grasse. Je l'ai tenue fermement et lui ai coupé la gorge d'une oreille à l'autre. C'était dur, humide, dégoutant aussi. Fatigués, ils la laissèrent tomber; Jack l'Eventreur. »)

 

-Pourquoi ne serait-il pas coupable?: Un lecteur attentif notera deux choses: non seulement, l'anagramme donne un texte assez chaotique (ma traduction n'arrange pas les choses) mais en plus l'anagramme est imparfait: Wallace a remplacé certaines lettres par d'autres pour donner des phrases cohérentes. En suivant cette logique, on pourrait faire dire ce que bon nous semblerait à n'importe qui. En gros, tout ce qu'à réussi à prouver Wallace c'est que Lewis Carroll savait écrire. Intéressant, non? L'ajout d'autres « preuves » n'arrange pas les choses: Wallace estime, par exemple, que le fait que l'une des victimes ait été retrouvée à Buck's Row (« l'Allée du Cerf ») est à mettre en corrélation avec les talents de chasseur de Bayne, ce qui est une hypothèse que je qualifierais pudiquement de bancale.

 

Il est une constante chez les ripperologue: beaucoup pensent que si l'Eventreur n'a pas été arrêté c'est parce qu'on ne l'a pas cherché, ou alors, pas là où il était. Scotland Yard s'est sûrement fourvoyée car elle s'est contentée de chercher quelqu'un qui ressemblait à ses crimes et a laissé de côté, ceux qui "n'avaient pas des têtes de tueurs". Or qui avait moins le profil d'un tueur qu'un timide professeur de mathématiques qui écrivait des livres pour enfant? Cette hypothèse n'est pas considérée comme crédible par les ripperologues (les ripperologues sérieux s'entends) et tient plus du "délit de belle gueule" qu'autre chose. Passons plutot à une hypothèse sérieuse: ==========================================================

 

-La conspiration royale

-Qu'est-ce donc?: Hypothèse la plus connue, reprise, entre autres dans la bande-dessinée From Hell de Frank Miller et Eddie Campbell. A l'origine, cette hypothèse avait été formulée par Stephen Knight en 1978 dans son livre « Jack the Ripper, the final solution », paru à la suite d'une émission passée sur la BBC en 1973 et traitant de l'affaire Jack l'Éventreur.

Durant la préparation de l'émission, Scotland Yard aiguilla les journalistes vers un certain Joseph Sickert, qui se prétendait le fils illégitime de Walter Sickert; Sickert aurait des informations à donner sur un mariage entre le prince Albert Victor (le prince Eddy) et Alice Mary Crook, une pauvre roturière, catholique, de surcroit, dont il aurait eu un enfant: Alice Margaret. Mise au courant, la Reine Victoria en aurait référé à son premier ministre, Salisbury, qui aurait opéré une descente de police dans l'East End pour enlever le prince Eddy et Alice Crook.

Alice Crook étant catholique, Victoria avait peur qu'un jour la fille illégitime du prince Eddy puisse prétendre au trône: le peuple, anglican pour la plupart, n'aurait probablement pas supporté une reine catholique. Eddy aurait été rapatrié auprès de la famille royale quant à Alice Crook, elle aurait été confiée au chirurgien royal, sir William Gull, qui se serait chargé de l'interner dans un hôpital psychiatrique, où çà force d'expériences elle aurait perdu la raison et serait morte en 1920. Quant à Alice Margaret, elle aurait été confiée à Walter Sickert, ami du prince Eddy, qui l'aurait mise en nourrice auprès d'une jeune femme du nom de... Mary Jane Kelly.

Craignant pour sa vie, Mary Kelly aurait rapidement confié le bébé à ses grands-parents (ou à un orphelinat) et se serait cachée dans le quartier de Whitechapel où elle survivait en se prostituant. Là, elle se serait liée d'amitié avec Polly Nichols, Annie Chapman, Elizabeth Stride, Catharine Eddowes et peut-être Martha Tabram. Au cour d'une discussion de comptoir, Mary Kelly aurait parlé du mariage du prince Eddy et d'Alice Crook, ainsi, bien entendu, que de l'existence de leur fille. Ces femmes auraient alors élaboré le stratagème qui devait les conduire à leur perte: faire chanter la famille royale.

Or, on ne fait pas chanter la famille royale, et Victoria en conçut une telle colère qu'elle s'en remit une fois de plus à Salisbury pour « régler cette affaire ». Salisbury aurait alors demandé à William Gull, qui était déjà au courant de l'affaire, de se débarrasser de ces prostituées et d'en profiter pour faire un exemple. Gull aurait ainsi, méthodiquement, assassiné les prostituées les unes après les autres, s'acharnant sur Mary Kelly par qui l'affaire était arrivée. Par la suite, Gull serait mort, ou aurait été déclaré mort, quant à Alice Margaret, par un incroyable concours de circonstances, aurait eu une liaison avec Walter Sickert dont elle aurait eu un enfant, Joseph.

 

-Pourquoi cette hypothèse est-elle crédible?: L'idée d'un complot royal expliquerais bien des choses, à commencer par le fait que Jack l'Éventreur n'a jamais été officiellement identifié: s'il était protégé par la famille royale, il est évident que le Yard n'a pas tenu à divulguer son identité, quand bien même celle-ci aurait été connue. Cette idée du complot est d'autant plus tentante qu'elle concerne la famille royale, sujet hautement sensible Outre-Manche. Lorsque Joseph Sickert raconta son histoire à la BBC, les journalistes de la chaîne ont, bien entendu, fouillé cette hypothèse (et pour cause: si cette histoire était vraie, on tenait enfin LA solution). Les recherches ont, par exemple, montré qu'Alice Crook avait réellement existé et qu'elle avait réellement eu une fille prénommée Alice Margaret, mentionnée sur les registres d'Etat civil comme étant née « de père inconnu ». Ce père peut être presque n'importe qui mais, dans la mesure où il semble que le prince Eddy avait une vie privée « chaotique », rien n'empêche de penser qu'il ait réellement pu être le père de la petite Alice Margaret, ce qui expliquerais, en plus, pourquoi le père de la fillette n'est pas mentionné sur le registre.

La théorie du complot royal explore un aspect intéressant de l'affaire, dans la mesure où, alors que les ripperologues se cassaient les dents à la poursuite d'un tueur fou , elle s'aventurait sur une nouvelle piste: et si les victimes n'avaient pas été choisies au hasard? Et si la folie du tueur n'était qu'apparente? Cela expliquerait alors toutes les zones d'ombres de l'affaire.

 

-Pourquoi cette hypothèse ne serait-elle pas crédible?: Le livre de Stephen Knight fit sensation au moment de sa sortie, tant son hypothèse semblait coller parfaitement à ce que nous savions de l'affaire: elle expliquait pourquoi le tueur avait frappé, pourquoi il s'était autant acharné sur ses victimes, pourquoi il s'était arrêté de tuer et, surtout, pourquoi il n'a jamais été identifié alors qu'il avait à ses trousses l'une des meilleures polices du Monde. Elle expliquait aussi pourquoi Sir Melville MacNaughten disait que la police savait qui était l'Eventreur mais qu'elle ne pouvait pas le dire. De plus, elle impliquait la famille royale et çà les anglais adorent ça.

Le seul soucis, est que le livre de Knight comporte trop d'incohérences et d'inexactitudes. D'une part, il se base essentiellement sur des témoignages plus ou moins directs qu'il ne remet a jamais en cause; on a réussi a prouver une partie des dires de Joseph Sickert, ce qui amène Knight à considérer son témoignage comme parole d'évangile, alors que Sickert lui-même a souvent changé de version. Knight ne vérifie que très rarement ses sources, se base sur des on-dit et part de présupposés faux.

Tout d'abord, rien, absolument rien, ne prouve que les cinq victimes se connaissaient, ni même qu'elles fréquentaient les mêmes pubs et rien ne prouve que le prince Eddy était réellement le père d'Alice Margaret Crook (d'autant plus que ce brave Eddy avait la réputation d'être davantage porté vers les messieurs que vers les dames). D'autre part, si nous admettons que cette histoire de mariage caché soit vraie et que cinq prostituées de Whitechapel aient réellement tenté de faire tenter la famille royale, la réaction de cette dernière aurait été un brin violente, non? Les prostituées de Whitechapel étaient la lie de la société, des femmes le plus souvent malades et alcooliques au dernier degrés, quand bien même elles auraient révélé un scandale, personne ne les auraient écoutées et encore moins crues, les assassiner n'auraient servi à rien.

De plus, si nous imaginons un instant que ces femmes n'aient pas été tuées au hasard, pourquoi ces mutilations qui ont, bien évidemment, attiré la presse du monde entier? La Couronne aurait gagné à faire passer ces meurtres pour des crimes crapuleux ou des assassinats commis par des souteneurs.

Enfin, une dernière chose, si les autorités royales ont « créé » Jack l'Éventreur, alors pourquoi ne pas l'avoir « tué »? Je m'explique: Scotland Yard et la Reine se sont retrouvés extrêmement ébranlés par cette affaire et on leur reprochera longtemps de ne pas avoir su protéger la population contre un fou homicide et même de lui avoir laissé le champ libre dans la mesure où il ne s'en prenait qu'à des prostituées. Dans ce cas là, pourquoi ne pas avoir arrêté « un » Jack l'Éventreur, pourquoi ne pas avoir pris un fou ou un type peu recommandable ou tout bêtement un simple d'esprit? Vous n'allez pas me dire qu'il n'auraient trouvé personne à embobiner, qu'ils auraient pu convaincre de se faire passer pour Jack l'Éventreur en lui faisant croire qu'on l'aiderait à s'évader, quitte à interner ou à pendre un innocent, après tout nous parlons de gens qui auraient massacré cinq femmes de sang-froid.

 

En d'autres termes, le complot royal est l'hypothèse la plus romanesque, la plus tentante, elle est à l'histoire de l'Angleterre ce que « Les Trois Mousquetaires » sont à l'histoire de France, rien de plus: il y a trop d'incohérences pour que cette hypothèse soit crédible, pas assez de preuves non plus. D'aucuns vous dirons que c'est normal qu'il n'y ait pas de preuves vu qu' « Ils » ont dû tout détruire, qu'aucun policier n'a voulu dire la vérité car « Ils » les ont muselé mais je ne saurais que vous conseiller de vous défier des théoriciens du complot. ====================================================

 

-James Kenneth Stephen:

jks.1887-copie-1-Qui était-il?: James Kenneth Stephen (1859-1892), était un homme de lettres anglais. Après avoir fait de très brillantes études, il devient le professeur du Prince Edward de Galles, héritier de la Couronne. Il fut également le créateur et rédacteur en chef du journal « The Reflector » qui était en quelques sortes l'équivalent des « Cahiers de la quinzaine » de Charles Péguy: à savoir un journal de luxe, à faible tirage, privilégiant la qualité à la quantité.

Il fut également enseignant à la Cambridge, où il publia un pamphlet remettant en cause l'utilité profonde d'apprendre la langue grecque. Il mourut « de maladie » en 1892 à l'âge de 33 ans. Il laisse derrière lui deux recueils de poèmes « Lapsus Calami » et « Quo Musa Tendis? ». Une anecdote en passant, il est le fils du juge Stephen qui avait condamné Florence Maybrick pour l'« empoisonnement » de son mari.

 

-Pourquoi est-il suspect?: Bonne question. En 1972, un certain Michael Harrison, dans sa biographie du Duc de Clarence, évoque l'idée selon laquelle Stephen pourrait être l'Éventreur. Pourquoi me direz-vous? Parce qu'en 1887 il aurait reçu un violent coup sur la tête qui le laissa avec quelques séquelles, cela suffit à Harrison pour avancer l'hypothèse selon laquelle Stephen était fou. Ajoutons à cela que c'était un misogyne notoire et qu'il avait peut-être des liens avec le prince Albert Victor (le prince Eddy.

 

-Pourquoi ne serait-il pas coupable?: Parce qu'avoir la réputation d'être un misogyne ne fait pas automatiquement de vous un charcuteur de putains, quand à sa « folie », idem, un coup sur la tête ne vous transforme pas en fou homicide. De plus, James Stephen n'a jamais eu de comportement violent (c'était un bon joueur de Wall Game, une variante du rugby mais là s'arrêtait son comportement violent) et il n'avait aucun lien avec l'East-End.

 

Le cas de James K. Stephens est comparable à celui de Lewis Carroll: un homme qui aurait pu être fou et qui aurait pu vouloir assassiner des femmes et qui aurait pu être couvert par ses relations... Ce n'est pas une hypothèse sérieuse, d'autant plus que Stephen n'avait aucun lien avec l'East-End.

 

====================================================

-Georges Chapman

 

suspect klos-Qui était-il?: Georges Chapman (1865-1902) né Severin Antoniovitch Klosowski est un barbier d'origine polonaise qui tenait boutique à Whitechapel en 1888. Auparavant, il semble qu'il ait suivi une formation de médecin en Pologne et qu'il aurait été aide-chirurgien à Varsovie. Émigrant aux Etats-Unis sous le nom de George Chapman, il y fut pendu en 1902 pour le meurtre de trois de ses femmes.

 

-Pourquoi est-il suspect?: George Chapman fut condamné à mort et exécuté pour avoir empoisonné à l'antimoine trois femmes qu'il avait épousée puis poussé à prendre une assurance-vie à son nom. Ses connaissances médicales lui ont permis de faire passer ces morts pour des morts naturelles. Il tenait à chaque fois à soigner seul ses victimes en arguant du fait qu'il avait été médecin, et cela aurait pu durer longtemps si la mère de sa dernière victime n'avait pas insisté pour faire venir un autre médecin. Pris de panique, Chapman donna une très forte dose de poison à sa femme qui mourut peu de temps après, la dose était tellement forte que le médecin appelé au chevet de la morte pour signer le certificat de décès refusa de déclarer le décès comme étant naturel.

Une autopsie pratiquée sur la victime montra d'impressionnantes quantités d'antimoine dans son estomac, ses reins, son foie et ses intestins. La police s'intéressa alors de près au cas de ce Chapman dont les femmes disparaissaient les unes après les autres et on ordonna l'exhumation des corps de ces deux épouses précédentes, que l'on retrouva dans un état de conservation remarquable, d'autant plus remarquable que l'antimoine est connu pour ralentir fortement la décomposition d'un corps.

Malgré ses dénégations, Chapman fut arrêté, jugé et exécuté sans jamais avoir avoué ces meurtres. Durant son procès, l'inspecteur Frederick Abberline (qui s'occupait de l'affaire Jack l'Éventreur à Scotland Yard), se rendit aux États-Unis et félicita l'inspecteur Godley, qui avait arrêté Chapman, en ces termes « Vous avez enfin attrapé Jack l'Éventreur ». Abberline considérait en effets Chapman comme l'un de ses principaux suspects dans l'affaire et le fait qu'il se soit avéré être un tueur en série ne fit que renforcer son hypothèse, d'autant plus que les meurtres de l'Éventreur cessèrent juste après son départ d'Angleterre pour les États-Unis, État-Unis où, peu de temps après son arrivée supposée, une prostituée du nom de Carrie Brown, surnommée « La vieille Shakespeare » en raison de l'habitude qu'elle avait de réciter du Shakespeare quand elle était saoule, est retrouvée égorgée et sauvagement mutilée, comme les victimes de l'Éventreur. Un témoin aperçut le tueur, dont la description ressemble à celle de Chapman.

De plus, on sait que sa seconde femme avait raconté que lors d'une dispute, Chapman entra dans une telle rage qu'il manqua de la tuer et qu'elle ne devait son salut qu'à l'arrivée d'un client dans l'épicerie que tenait alors son mari. Elle se rendit compte alors qu'il l'avait entrainée vers le lit sous lequel elle trouva un couteau gigantesque, similaire à celui probablement utilisé par l'Éventreur pour commettre ses meurtres. Pour Abberline, cela fait trop de coïncidences pour ne pas soupçonner Chapman.

 

-Pourquoi ne serait-il pas coupable?: Tout d'abord, parce que Chapman a été condamné pour avoir empoisonné ses femmes et non pour avoir égorgé des inconnues. D'aucuns diront que les tueurs en série peuvent changer de mode opératoire et que les mutilations et les empoisonnements témoignaient tous les deux de connaissances en matière médicale. On ajoutera aussi qu'il faut la même dose de cruauté pour massacrer cinq personnes et pour empoisonner lentement sa femme tout en lui assurant qu'elle allait guérir. A cela, nous pourrions rétorquer que non seulement le mode opératoire change mais également le mobile: l'Eventreur tuait des inconnues probablement pour assouvir des pulsions sexuelles alors que Chapman tuait ses femmes pour des raisons financières et le seul point commun qu'il semble avoir avec le tueur de Whitechapel est d'être capable de tuer.

Dernier argument plaidant pour l'innocence de Chapman, les témoins ayant vu l'Éventreur et l'ayant entendu parler parlent d'un homme parlant « avec un accent » et dans un anglais parfait, ce qui serait bizarre de la part de Chapman dans la mesure où, en 1888, il venait d'arriver en Angleterre et que son anglais devait être approximatif.

 

Chapman est l'un des nombreux tueurs en série soupconnés a posteriori d'être l'Eventreur. Dans son cas les coincidences sont troublantes: entendu à l'époque par le Yard, ayant à disposition de possibles armes du crime (les rasoirs), ayant les connaissances médicales suffisantes pour hysterectomiser ses victimes, quittant l'Angleterre peu de temps après le dernier meurtre de l'Eventreur et condamné pour avoir commis une série de meurtres. Chapman est un suspect plausible mais je n'ai pas le souvenir d'avoir un jour entendu parler d'un tueur en série changeant de mode opératoire, de cible et de mobile.

====================================================

 

-Alexander Pedachenko

-Qui était-il?: Le docteur Alexander Pedachenko (1857?-1908?), connu également sous le nom de Comte Luiskovo aurait été un aventurier et espion russe, mentionné par le journaliste William LeQueux dans ses mémoires Things I Know About Kings, Celebrities, and Crook (« Ce que je sais des rois, des célébrités et des escrocs ») en 1928.

 

-Pourquoi est-il suspect?: Selon William LeQueux, Pedachenko (ou quel que soit son vrai nom) aurait été envoyé à Londres pour commettre des meurtres atroces qui auraient eu pour but d'ébranler l'autorité de la reine Victoria. Découvert, Pedachnenko aurait été enfermé dans un asile de fous pour éviter tout incident diplomatique avec la Russie. Il y serait mort en 1908.

 

-Pourquoi ne serait-il pas coupable?: Vous noterez que je n'ai parlé d'Alexander Pedachenko qu'au conditionnel et pour cause: à part LeQueux, personne d'autre ne mentionne de docteur Pedachenko, même dans les registres des asiles. William LeQueux s'étant forgé une réputation de mythomane, il n'est pas exclu qu'Alexander Pedachenko n'ait tout bonnement jamais existé, ce qui, comme alibi, est inattaquable.

 

Le cas du "docteur Pedachenko" est l'une de ces nombreuses hypothèses où le folklore prends le pas sur la vraisemblance. 

 

====================================================

 

-Joseph Barnett:

 

barnett2-Qui était-il?: Joseph Barnett (1858-1926) était porteur de poisson sur le marché de Billingsgate, né à Whitechapel, d'un père lui-même porteur de poisson et d'une mère dont on ne sait pas grand chose si ce n'est qu'après la mort de son mari elle déserta le foyer familial laissant le petit Joseph seul à la garde de ses grands-frères et sa grande sœur. En 1887, il fait la connaissance de Mary Jane Kelly, avec laquelle il vécut pendant un an et demi, allant de chambres en chambres, jusqu'au 13 Miller's Court où l'on retrouva le corps mutilé de la jeune femme. Les disputes au sein du couple étaient légion, d'autant plus que la vie n'était pas tous les jours facile: Mary Kelly avait énormément de mal à trouver du travail et en était souvent réduite à se prostituer quant à Joseph Barnett, il perdit sa licence de porteur de poisson après une affaire de vols. Le 30 octobre 1888, à la suite d'une dispute, Barnett quitta le 13 Miller's Court, visiblement, il reprochait à sa compagne d'héberger d'autres femmes chez elle. Le lendemain, il revint donner de l'argent à Mary Kelly, afin qu'elle ne soit pas forcée de refaire le trottoir. Le 9 novembre, celle-ci est retrouvée assassinée.

 

-Pourquoi est-il suspect?: Dans les années 1970, un certain Bruce Paley évoqua pour la première fois l'hypothèse de la culpabilité de Joseph Barnett, hypothèse reprise par la suite dans des ouvrages de plus ou moins bonne qualité. En 1995, Paley publie enfin sa version des faits dans « Jack the Ripper: The Simple Truth », ouvrage extrêmement bien documenté, ce qui n'est pas le cas de tous. L'idée de Paley est que Barnett, ne supportant pas que Mary Kelly, qu'il aimait, se prostitue aurait tenté de l'en dissuader. Il devait penser que son salaire de porteur de poisson suffirait à les nourrir tous les deux, ce qui ne fut plus le cas quand il perdit son emploi en juillet 1888, forçant sa compagne à trouver d'autres moyens de subsistance. Barnett aurait alors assassiné des prostituées prises au hasard pour effrayer celle qu'il aimait mais, n'y parvenant pas, l'aurait tuée avec la rage des amants éconduits.

Quant aux mutilations, elles auraient une signification: l'uterus étant ce avec quoi les prostituées gagnaient leur vie (idem pour le visage) quant au fait que Mary Kelly ait été retrouvée sans son coeur.... la déduction est simple.

 

Cela expliquerais donc l'état dans lequel furent retrouvées les victimes, cela expliquerais aussi le mystère entourant le fait que la porte du 13 Miller's ait été retrouvée fermée: Joseph Barnett possédait une clé de l'appartement, on peut penser que, machinalement, il ait pu verrouiller la porte par réflexe.

De plus, Joseph Barnett connaissait très bien Whitechapel, pour y avoir grandi, ce qui expliquerait la facilité avec laquelle il s'échappait. Indice supplémentaire: la lettre « From Hell » dont je pense personnellement qu'elle fut écrite par le tueur, est couverte de fautes d'orthographe, comme pourrait l'être un texte écrit par un porteur de poissons dont les études ont été courtes.

 

Dernière preuve à charge contre Barnett: il correspond parfaitement au portrait du tueur qu'en fit le FBI en 1988:

-Le tueur était un homme blanc de 28 à 36 ans, vivant et/ou travaillant à Whitechapel → Barnett avait 30 ans au moment des faits, il était né, avait grandi, travaillé et est probablement mort à Whitechapel.

-Durant son enfance, il a souffert de l'absence de figure paternelle → Son père est mort alors qu'il avait six ans.

-Le tueur devait avoi un métier qui lui permettait, « légalement » de se débarrasser de ses pulsions → Barnett travaillait au marché aux poissons, probablement était-il préposé à vider lesdits poissons.

-Jack l'Eventreur a cessé de tuer soit parce qu'il ft arrêté pour un autre crime, soit parce qu'il mourut peu de temps après le dernier meurtre soit parce qu'il se croyait sur le point d'être découvert. → Ayant tué celle « pour laquelle » il commettait ses meurtres, Barnett n'avait plus aucune raison de tuer qui que ce soit.

-Le tueur avait probablement un défaut physique qui lui causait une certaine frustration → Selon des témoins, Barnett était atteint d'echolalie, un défaut de langue qui lui faisait répéter les derniers mots de son interlocuteur.

 

-Pourquoi ne serait-il pas coupable?: Il est vrai que Joseph Barnett est un suspect tentant, oui mais voilà, quelques éléments témoignent en sa faveur. Tout d'abord, il fut entendu par Scotland Yard qui l'a disculpé, dans la mesure où il avait un alibi pour la nuit du meurtre. Joseph Barnett n'avait, en outre, aucun antécédent violent et ne fut jamais entendu par la police pour d'autres affaires, on imagine mal cet homme assassiner cinq femmes de sang-froid puis ne plus jamais être tenté de tuer à nouveau, d'autant plus qu'un tueur qui voit qu'il échappe à Scotland Yard a toutes les chances de se croire invincible et de re-frapper à nouveau. Enfin, l'histoire d'un amant qui aurait tenté de dissuader sa compagne de se prostituer ne tient que peu la route, d'autant plus que, dans la mesure où il aurait finit par s'attaquer à une personne qu'il connaissait, que des témoins ont vu le tueur, il serait étrange que personne ne l'ai reconnu, surtout s'il opérait dans un pâté de maison où il habitait.

 

Le meurtre de Mary Kelly est, des cinq meurtres de l'Eventreur, le plus décortiqué, l'une des raisons étant que, après ce meurtre-là, le tueur cessa de tuer. Certains ont alors pensé que Mary Kelly était la cible du tueur, que celui-ci la connaissait, ce qui expliquerais pourquoi elle l'avait laissé entrer chez elle. La plupart des criminologues pensent que les tueurs en série se font attrapper dès qu'ils s'attaquent à quelqu'un de leur entourage et peut-être est-ce ce qui est arrivé à l'Eventreur.

Barnett aurait été inquiété par Scotland Yard et, mû davantage par la "nécessité" que par une quelconque pulsion se serait arrêté mais il est difficile de concevoir qu'un être humain sain d'esprit puisse tuer quatre inconnues pour conserver les faveurs d'une femme.

 

====================================================

Sauf mention contraire, toutes les photos illustrant cet article proviennent du site casebook.org.

 

Voir aussi:

Petite initiation à la ripperologie

Initiation à la ripperologie. 2e partie, les faits

Initiation à la ripperologie. 3e partie, les suspects(1)

 

From Hell

Jack l'Eventreur, affaire classée

Publié dans Ripperologie

Commenter cet article

GENOVESE MICHEL 12/01/2011 18:45


Bonsoir,

J’ ai trouver très intéressant votre BLOG ainsi que les articles que vous dédiez sur
L’ affaire de JACK THE RIPPER je vais en inscrire le lien parmi la rubrique des
BLOGS que j’aiment.

Si cela peut vous intéresser je vous invite cordialement à visiter mon BLOG ou je viens de traiter cette affaire en collaboration avec l’ écrivain Sophie HERFORT auteur du livre JACK L’ EVENTREUR
DEMASQUER.

J’ y dévoile le visage du « CHACAL DE WHITE CHAPPEL » ainsi que sont identité.

Cordialement
Michel GENOVESE


Mon BLOG http://michelgenovese.unblog.fr/ dédier à l’étude du sixième sens et aux résolutions des énigmes de l’ histoire partager le avec vos amis.