Häxan

Publié le par Antohn

Un extrait de la bande originale du film, composée par le musicien islandais Bardi Johansson lors de la réédition en DVD du film.
 

Je n'imaginais pas un jour écrire cela mais le film dont je vais vous parler aujourd'hui est un docu-fiction danois de 1922 consacré à la sorcellerie. Sans être un réel film d'horreur, « Häxan » (« Sorcières » en danois) passe pour être l'un des précurseurs du genre, au même titre que « Nosferatu » de Murnau. Si « Nosferatu » était une adaptation plus ou moins libre de « Dracula », « Häxan » se place donc, lui, sur le terrain du documentaire et a pour ambition de décrypter les mécanismes qui régissaient les chasses aux sorcières dans l'Europe médiévale. C'est à la fois l'occasion pour le réalisateur, Benjamin Christensen, de développer un univers fantasmagorique mais également de dénoncer l'hypocrisie du Monde et de donner une explication rationnelle à ce que l'on prenait autrefois pour de la sorcellerie.

Si vous voulez une image, imaginez qu'« Häxan » soit une sorte de mélange entre « Nosferatu » et « Intolérance » de Griffith. C'est une sorte de conférence filmée, transfigurée par la magie du cinéma. A bien des égards, ce film ressemble un peu à une dissertation en sept partie avec un plan sorbonnard en diable (haha!) : explication, justification, discussion.

 

haxan-poster.jpg

 

L'explication, c'est évidemment le fait de devoir se replacer ces histoires de sorcellerie dans le contexte de l'époque. Tout d'abord, il faut tenir compte du fait que le principal soucis de l'homme médiéval n'était, comme nous, l'emploi, le logement ou la sécurité, c'était d'assurer son salut, il ne vivait que pour arriver au Paradis. La vie était assez dure à l'époque mais le peuple la supportait grace à la certitude qu'ils accéderaient à une vie après la mort, que s'il se comportait bien il irait au Paradis, mal en Enfer (la notion de Purgatoire n’apparaît qu'à la Renaissance). Et l'Enfer tel que l'imaginais l'Homme du Moyen-Âge est assez différente de celle que nous avons vous et moi.

N.B.: Afin d'éviter toute ambiguité, mettons les choses au point: je parle ici de Moyen-Âge au sens large: les procès en sorcellerie ne sont pas spécifiques à cette époque. Simplement, les idées qui ont mené aux procès de l'Inquisition datent de cette époque.

 

vlcsnap-2012-01-28-10h00m29s229

 

Pour moi par, exemple, l'Enfer consisterait à me faire enfermer dans une convention d'éleveurs de yorkshires végétariens et fans de Michelle Torr, ce qui est déjà pénible. Pour l'Homme médiéval, c'est un vaste endroit où les pécheurs rôtissent vivants à la broche quand ils ne sont pas bouillis dans des chaudrons ou mâchouillés comme des chewing-gums par des bestioles avec des dents à des endroits où les gens normaux n'ont même pas d'endroits.

 

vlcsnap-2012-01-28-10h02m33s190

vlcsnap-2012-01-28-10h03m37s59

La première partie du film s'ouvre sur une mini-conférence, illustrée par des gravures d'époque.

 

Les gens croyaient à l'Enfer et au Paradis et pensaient que si l'on pouvait adorer Dieu, certains devaient adorer aussi le Diable et celui-ci devait lui aussi entendre les prières de ceux qui lui en adressaient. Une fois que l'on a compris cela, on comprends pourquoi l'Homme médiéval craignait les sorcières et s'était mis à les chasser. N'oublions pas non plus que les microbes n'existaient pas (enfin je veux dire.... vous avez compris) et que la moindre maladie ne pouvait venir que de forces qui nous dépassaient. Regardez la crise d'appendicite : aujourd’hui en deux jours c'est réglé, à l'époque c'était une maladie aux causes inconnues qui faisait à coup sûr mourir le malade dans des souffrances atroces. Comment ne pas croire alors que l'on avait jeté un sort ?

 

vlcsnap-2012-01-28-10h04m26s40

 

Ce qui nous amène donc à la justification : la chasse aux sorcières et le mécanisme implacable de l'Inquisition. S'il est vrai que lorsque l'on parle d'Inquisition c'est d'abord l'Inquisition espagnole qui nous vient à l'esprit. Toutefois, en Europe germanique, la chasse aux sorcières fut également féroce, je n'ai pas les dates précises pour le Danemark mais les persécutions se sont poursuivies en Allemagne jusqu’à la fin du XVIIe siècle et la dernière sorcière exécutée le fut en Pologne... en 1793. Pour ceux que cela intéresse la dernière loi anti-sorcellerie en Europe fut abrogée en Angleterre en 1959 : elle condamnait les météorologues au bûcher.

 

vlcsnap-2012-01-28-10h00m34s22

Benjamin Christensen, le réalisateur qui apparait sous deux aspects dans le film: ainsi dès le premier plan...

vlcsnap-2012-01-28-10h06m48s155

...et ainsi par la suite: c'est lui qui joue le diable.

 

Sous des dehors de chasse aux satanistes, les procès en sorcellerie avaient surtout pour but de se débarrasser des marginaux, de ceux dont la société voulait se débarrasser parce qu'ils gênaient. Ça ne date pas de cette époque et, l'Homme étant un animal social, il y a chez lui comme une sorte d'instinct qui le pousse à écarter de façon plus ou moins radicale quiconque ne rentre pas dans le moule. C'est pour cela que les premières victimes des chasses aux sorcières furent des marginaux et surtout des marginales : les historiens ne sont pas d'accord sur le nombre exacts de victimes des procès en sorcellerie, certains évoquent des millions de morts, d'autres évoquent le chiffre, plus raisonnable, de 200 000, mais la plupart sont d'accord sur un point : 80 à 90% des victimes étaient des femmes.

 

vlcsnap-2012-01-28-10h07m04s59

Ca c'est le genre de scènes qui firent interdire le film lors de sa sortie et que l'on pensa même à couper lors de la ressortie du film dans les années 60.

 

Il ne faisait donc pas bon être vieille et laide à l'époque : une rebouteuse qui vivait à l'écart d'un village et concoctait des potions à base d'ingrédients bizarroïdes et pas toujours catholiques pouvait assez rapidement être accusée de sorcellerie, surtout si elle se spécialisait dans les poisons ou autres potions abortives. Il suffisait d'un cataclysme, d'une épidémie, de mauvaises récoltes pour que très rapidement la rebouteuse soit accusée d'en être la cause. Ça permettait de donner l'illusion aux gens que leurs problèmes allaient se régler et l’Église justifiait ainsi les impôts qu'elle prélevaient.

S'il ne faisait pas bon être vieille et laide, il ne faisait pas bon non plus être jeune et belle. Le film évoque notamment ce sujet avec le cas d'un jeune moine tombant amoureux d'une jeune femme et qui en devient donc persuadé que celle-ci est une tentatrice venue le détourner du droit chemin.

 

vlcsnap-2012-01-28-10h08m23s73

L'une des sorcières est jouée par une actrice du nom de Maren Pedersen, repérée par Christensen alors qu'elle vendait des fleurs dans les rues. Elle disait également être la première infirmière de la Croix Rouge danoise.

Lors du tournage, elle vint voir Christensen et lui dit "Le Diable existe, je l'ai vu au pied de mon lit". Cette phrase l'a tellement marqué que Christensen l'inclut à la fin de son film comme preuve de la survivance des croyance occultes.

 

La sorcière garde dans l'imaginaire collectif l'image d'une vieille édentée volant sur son balai, il s'avère que la plupart des textes que nous ayons relatifs à des procès en sorcellerie visent essentiellement des femmes âgées d'une vingtaine d'années. Pourquoi me direz-vous ? Et bien pour deux raisons : la première étant que ces femmes devaient manifester des volontés d'indépendance qui devaient les rendre particulièrement suspectes. La seconde c'est que confondre une sorcière passait également par trouver sur elle la marque de la Bête, ce qui impliquait donc pour les inquisiteurs de... les dévêtir, hé oui ! Et ce n'est pas du mauvais esprit de ma part : on a retrouvé les mémoires d'un inquisiteur, Pierre de Lancre, qui décrit avec luxe de détails la beauté physique de ses victimes... qu'il envoyait ensuite au bûcher sans aucun état d'âme.

 

vlcsnap-2012-01-28-10h07m48s242

 

La chasse au sorcières telle que dépeinte dans Häxan peut donc se résumer en une phrase : Une église qui craint le Diable et qui se met au service d'un pouvoir laïc qui craint les femmes.

A cela, il faut aussi ajouter le fait que passaient pour « diablerie » ce qui n'était parfois que des cas pathologiques. Aujourd'hui, par exemple, nous savons que ce que l'on appelait autrefois autrefois « loups-garous » n'étaient que des gens atteint de porphyrisme ou d'hypertrychose.

De même, Häxan explique que ce qui était pris pour de la sorcellerie ou de la possession pouvait être des cas de somnambulisme ou encore d'hystérie (on vous parle de médecine des années 20, donc évidemment, c'est une médecine qui a vieilli). Coup de génie de Christensen, il fait jouer ces scènes modernes par les mêmes actrices qui jouaient les « sorcières » de la partie historique.

 

vlcsnap-2012-01-28-10h11m04s154

Un exemple, certains inquisiteurs rapportent que les sorcières étaient insensibles, là où le démon les avaient marquées et que c'était souvent dans le dos...

vlcsnap-2012-01-28-10h10m49s254

...or, dans les années 20, les médecins comptaient l'insensibilté dorsale comme l'un des symtomes de l'hystérie.

 

Ce que nos anciens appelaient « sorcellerie » n'est que la manifestation de croyances que l'on connaît encore aujourd'hui. Je me souviens qu'un jour, à la fac, un de mes professeurs, en nous parlant du rôle des ex-voto dans l'antiquité, s'était heurté à l'incrédulité de certains de mes condisciples. Il nous avait alors raconté que l'un de ses voisins exerçait la profession de marabout, que l'on pouvait penser ce que l'on voulait de l'efficacité de ces pratiques mais que les faits étaient là : son cabinet ne désemplissait jamais. Quelle différence il y-a-t-il vraiment entre le fait d'aller voir un rebouteux et un astrologue, quelle différence entre une sorcière et un marabout (mis à part que la sorcière n'accepte pas la carte bleue ?) ?

 

vlcsnap-2012-01-28-10h09m06s246

Le film nous montre également quelques appareils de torture utilisés par les inquisiteurs à l'époque. Je ne sais pas vous mais moi, il aurait suffit de me montrer ce truc en froncant les sourcils pour que j'avoue avoir tué Kennedy.

 

On dira, probablement à raison, que les films n'ayant pour autre but que de vous dire que l'intolérance et l'obscurantisme c'est pas bien ne servent pas à grand chose et n'ont jamais prêché que des convertis. Quoi qu'il en soit, certains ont le mérite d'être suffisamment bien faits pour masquer le fait qu'ils ne changent pas autant les choses qu'ils le voudraient et « Häxan » en fait partie. Projet ambitieux, très ambitieux même pour l'époque, « Häxan » est un film dont on peine à croire qu'il a réellement 80 ans tant il semble actuel par certains points. C'est une sorte de pierre fondatrice du cinéma tel que nous le connaissons. Il servait à divertir, il fit maintenant réfléchir.

 

Fiche technique:

Titre alternatif: La sorcellerie à travers les âges.

Réalisateur: Benjamin Christensen

Pays: Danemark/Suède

Année: 1922

Durée: 1h27

Genre: Chroniques de l'obscurantisme ordinaire.

 

 

Publié dans Cinéma

Commenter cet article