Vite vu : Mosquito

Publié le par Antohn

Vite vu : Mosquito

Si, personnellement, l'automne est ma saison préférée, je sais que tout le monde ne partage pas ma joie de voir les feuilles jaunir et les marrons tomber. Certains d'entre vous regrettent peut-être l'été et ce soleil radieux qui réchauffe les coeurs et les âmes... Mais, lecteur, souviens-toi d'une chose: non seulement il y a des chances pour que ce soleil radieux t'ai relativement fichu la paix ces derniers mois mais tu oublies bien vite que l'été apporte son lot de désagréments. La chaleur, la 925ème rediffusion des "Gendarmes", l'impossibilité de trouver un coiffeur ouvert (bon ça c'est personnel)... Et les moustiques ! Ces saletés d'insectes se repaissant d'hémoglobine et émettant des sifflements stridents une fois que vous avez éteint la lumière ! Vous n'allez pas de me dire que ça vous manque les moustiques ?

Et encore, réjouissez-vous, car, comme nous le montre "Mosquito", ça pourrait être pire, bien pire. Tout du moins si certains paramètres se regroupent.

Ici, il se trouve qu'un vaisseau extraterrestre s'écrase par inadvertance dans un parc naturel américain, que des moustiques qui passent par là ont piqué les cadavres des aliens et que que leur sang a provoqué quelques mutations, comme les faire grandir jusqu'à atteindre la taille d'un gros oiseau...

Déjà, à lire ça on sent qu'on ne va pas être déçu du voyage et la suite nous donne raison.

La suite c'est l'un de ces insectes qui heurte la voiture d'un couple de vacanciers. Le conducteur ne se soucie absolument de cet incident, bien qu'un moustique ait percé son radiateur... "C'est juste une bête qu'on ne connaît pas", assène-t-il à sa copine, avant de reprendre la route. Je sais que, quand il y a une demoiselle à épater, c'est pas vraiment le moment d'avoir peur d'un insecte mais quand l'insecte fait trois kilos, disons que bomber le torse n'empêche pas de se poser des questions. Et des questions, le reste de l'humanité ne va pas tarder à s'en poser. Enfin ceux qui survivent à une piqure de moustique leur pompant cinq litres de sang dans des effets cartoonesques idiots.

Des questions telles que "Qu'est-ce que j'ai fait de mon lance-flammes ?".
Des questions telles que "Qu'est-ce que j'ai fait de mon lance-flammes ?".

Les effets cartoonesques idiots... là est d'ailleurs le gros problème de "Mosquito" : très rapidement on comprend que les scénaristes ont vu que le film ne pourrait survivre que par le second degrés. Ce qui fait, d'ailleurs, que, si on peut le classer comme un nanar, il est parfois dur de savoir quelle débilité était volontaire ou non. Seulement voilà, ce film aurait pu être sauvé s'il n'avait pas été vendu comme un film d'horreur pur et dur. La jaquette du dvd nous promet quand même des effets spéciaux conférant "une dimension cauchemardesque digne des meilleurs récits de Lovecraft"... autant vous dire le film est autant survendu que mal vendu. Résultat : un four total qui empêcha la sortie d'une suite qui était pourtant déjà écrite.

Reste l'attraction principale du film : Gunnar Hansen, que vous connaissez probablement mieux sous le nom de "Leatherface", dont le rôle consiste essentiellement à trouver un prétexte pour l'amener dans une remise abritant une tronçonneuse. Car dans certains cas la citronnelle ne suffit pas.

Commenter cet article